Bikaner est une cité à part, encore peu connue, qui réserve pourtant de belles surprises ; un fort d’une telle magnificence qu’il en ferait presque pâlir de jalousie celui de Jodhpur et une vieille ville absolument envoûtante, de rouge vêtue, qui plonge vos sens dans un tourbillon de couleurs et de fragrances. En savoir +

Patan, ancienne ville fortifiée datant du 8ème siècle après J.-C., était la capitale du Gujarat jusqu’en 1411, lorsque le sultan Ahmed Shah déplaça la capitale à Ahmedabad. Elle doit maintenant sa renommée à son magnifique puits à degrés ou étages Rani-Ki-Vav, construit sous l’ère Solanki et classé patrimoine mondial de l’humanité. Patan est également célèbre pour le tissage des prestigieux saris patola.


Le puits à étages Rani-Ki-Vav


patan

Vue d’ensemble du puits

Le Rani-Ki-Vav (puits de la reine) a été commandé en 1050 par la reine Udayamati en mémoire de son époux le roi Bhimdev I (1022-1063 après J.-C.), fils de Mularaja, le fondateur de la dynastie Solanki.

Enseveli par les crues successives de la rivière Saraswati coulant à proximité, il n’a été redécouvert qu’en 1960 par l’Archeological Survey of India.

patan

Vue sur les différents étages du puits

D’environ 64 m de long, 20 m de large et 27 m de profondeur, ce magnifique puits dit à paliers ou à degrés est l’une des plus grandes et plus somptueuses structures de ce type en Inde.

Les puits à degrés sont des systèmes de stockage et de gestion de l’eau propre au sous-continent indien. Apparus dès le IIIe millénaire av. J.-C., ils ont évolué au fil du temps : depuis ce qui était simplement une fosse accessible dans un sol sablonneux jusqu’à des ouvrages artistiques et architecturaux à plusieurs étages et très élaborés comme celui-ci.

patan

Raffinement des sculptures

Le Rani-Ki-Vav a été conçu comme un temple inversé soulignant le caractère sacré de l’eau. Il comporte sept niveaux d’escaliers et des panneaux sculptés d’une haute qualité artistique.

Plus de 500 sculptures principales et un millier d’autres mineures composent une imagerie religieuse, mythologique et séculaire, avec de fréquentes références à des œuvres littéraires.

Le quatrième niveau est le plus profond et il mène à une citerne de 23 m de profondeur. Un puits se situe à l’extrémité ouest du site ; profond de 30 m, il s’agit d’une cavité circulaire de 10 m de diamètre. (source: UNESCO)

patan

La citerne de plus de 23 m de haut à l’arrière du puits


L’art du Patola à Patan


L’autre spécificité de Patan est l’art du patola.

patan patola

Le tissage du sari patola en ‘double ikat’

‘Patola’ est un terme utilisé au Gujarat pour désigner l’art du tissage de la soie au design en ‘double ikat’, c’est-à-dire que le dessin est créé en teignant d’abord le fil de trame ainsi que le fil de chaîne (d’où le nom double), de toutes les couleurs qui vont y figurer, à des intervalles très précis, de sorte qu’au moment du tissage les éléments du dessin se créent par la juxtaposition des parties du fil de la couleur appropriée.

L’étoffe tissée en patola est réversible, elle peut être portée des deux côtés. Il est quasiment impossible de distinguer l’avant de l’arrière.

patan

Métier à tisser et sari patola

La coloration, pour les saris haut de gamme, est faite avec des pigments naturels. Elle est censée durer plus de 300 ans.

La technique étant complexe et longue, la confection des saris patolas peut prendre de six mois à 1 an, d’où leur prix très élevé, compter environ 2000 euros pour un sari premier prix.

Patan

Défilé de saris patolas

Sur les 700 familles d’origine, seules trois continuent à pratiquer cette technique traditionnelle aujourd’hui comme les membres de la famille SALVI. Ils ont construit un musée dédié au patola non loin du Rani-Ki-Vav et leur petit atelier au centre de la ville témoigne encore de la beauté de cet art.

[ REGARDER : CONFECTION DES SARIS PATOLA ]


A voir aussi à Patan


Sahasralingam tank

Cet édifice fait partie des nombreux réservoirs artificiels construits dans différentes parties du Gujarat sous le patronage du roi Siddhraj Jaisinh (1093-1143 ap. J.-C.). Il est l’un des plus grands de par sa de taille.

‘Sahasralingam’ tire son nom des nombreux petits temples placés sur les bords du réservoir qui à l’origine contenaient chacun un Shivalingam, détruits au cours de la fin de la période médiévale. Pour les amoureux des vieilles pierres….

Temple jain Panchasara Parsvanatha

Patan compte plus d’une centaine de temples jaïns, reflet de l’importance du jaïnisme dans cette cité sous l’ère Solanki.

L’un des plus importants est celui de Panchasara Parsvanatha, dédié à Parsvanath, le 23ème Tirthankara (saint jaïn) qui vivait au 9ème siècle avant notre ère. Il aurait été construit au 16ème siècle. Il dispose de plusieurs cours et de nombreux sanctuaires finement sculptés.


coeur Brahma, le dieu créateur de l’univers, déclara : « j’ai dû, à maintes reprises, créer le monde mais Varanasi est d’une toute autre nature, elle a été créée par Shiva en personne ». Située sur la rive gauche du Gange, Varanasi (anciennement Bénarès) est l’une des sept villes les plus anciennes et les plus sacrées de l’Inde (Sapta Puri). Elle est aussi considérée comme la capitale spirituelle de l’Inde. La cité du seigneur Shiva n’est pas une ville que l’on visite, c’est une ville que l’on ressent… elle parle à votre âme. En savoir +

Lovée autour de son lac sacré, la ville du Dieu Brahma possède cet enivrant parfum de spiritualité émanant des hauts lieux de pèlerinages. Chaque année en octobre, cette ville paisible s’anime lors de la ‘pushkar fair’ qui rassemble des milliers de chameliers et de pèlerins. En savoir +

Une fois par an, lors de Kartik Purnima, la pleine lune du mois lunaire hindou de Kartik (Octobre – Novembre), des milliers de pèlerins affluent sur les rives du lac sacré de Pushkar pour rendre hommage au dieu Brahma. Cette date marque aussi le début de la ‘Pushkar Camel fair’ ou ‘Pushkar Mela’, l’une des plus grandes foires aux chameaux du monde. L’évènement, haut en couleurs, attire de nombreux touristes ainsi que des photographes du monde entier. En savoir +

Konark et son temple du soleil, encore une merveille dont seule l’Inde a le secret. Prouesse architecturale, allégorie du temps qui passe, ce monument inscrit au patrimoine mondial de l’humanité est un véritable festin pour les yeux. En savoir +

Originaire de l’état du Bihar, au nord-est de l’Inde, le festival Chhath Puja célèbre et remercie Surya et Usha, le dieu-soleil et la déesse de l’aube, sources de vie et d’énergie primordiale. Cet hommage au soleil intervient juste après la fête des lumières (Diwali) en Octobre-Novembre et est l’occasion de rituels élaborés remontant à l’Inde ancienne. 
En savoir +

A chaque nouvelle lune du mois de Karthik (oct-nov) a lieu Diwali ou Deepavali, l’une des plus populaires fêtes hindoues. Connue aussi comme la ‘fête des lumières’, elle symbolise la victoire de la lumière sur les ténèbres, de la connaissance sur l’ignorance. Diwali vient du mot sanscrit Dipavali, ‘dipa’ signifiant lampe ou lumière et ‘avali’, une série ou ligne. Diwali est donc traduit littérallement par ‘une série de lumières’. Lors de Diwali, les villes brillent de mille feux et une ambiance féérique et joyeuse règne.
En savoir +

X