Amarnath, le pèlerinage du lingam de glace

Au cours du mois de Shravan (juillet-août), des dizaines de milliers de fidèles hindous entreprennent un pèlerinage ardu de plus de 40 km à travers la majestueuse chaîne himalayenne afin de vénérer une image toute particulière du Seigneur Shiva : un lingam-stalagmite de glace qui se forme chaque année dans la grotte d’Amarnath au Cachemire, au bout de la vallée de Lidder.

Amarnath est considéré comme l’un des principaux yatra (pèlerinages) hindous. Selon la croyance populaire, le lingam de glace augmenterait et diminuerait conformément aux phases lunaires et atteindrait son apogée pendant l’été.

amarnath

Le Lingam-stalagmite de glace d’Amarnath

A côté du Shivalingam principal se trouvent deux autres petits lingams qui sont censés représenter l’épouse de Shiva, Parvati, et son fils Ganesha. La grotte est recouverte de neige la plupart de l’année, sauf pendant une courte période de 2 mois en été, quand elle est ouverte aux pèlerins.


Les légendes d’Armarnath


Bien que les Puranas (Saintes Ecritures hindoues) fassent déjà mention de l’existence de la Sainte Grotte, l’histoire populaire raconte qu’elle fut redécouverte par un berger musulman du nom de Buta Malik, au 15ème siècle.

On dit qu’un saint homme donna à Buta Malik un sac de charbon pour qu’il se chauffe. Quand il arriva chez lui le berger découvrit, à sa grande surprise, que le sac était rempli de pièces d’or. Il fut submergé de joie et courut remercier le saint. Mais ce dernier avait disparu. Au lieu de cela, il découvrit la Sainte Grotte et le lingam de glace. Il annonça cette découverte aux villageois et, dès lors, cet endroit devint un haut lieu de pèlerinage.


Une autre légende raconte que la grotte a été choisie par le dieu Shiva lui-même pour pouvoir dévoiler les secrets de l’immortalité et de la création de l’Univers à son épouse, Parvati.

Amarnath yatra

Parvati et Shiva

Un jour, Parvati demanda à son époux Shiva de lui dire pourquoi il portait un collier de têtes de mort (Mund Mala) autour du cou. Shiva répondit : « chaque fois que tu te réincarnes, j’ajoute une perle à mon collier ». Parvati lui dit alors : « mon corps meurt encore et encore, mais toi tu ne meurs jamais, comment cela se fait-il ? Shiva répondit qu’il détenait l’ ‘Amar Katha’, le secret de l’immortalité.


Parvati insista pour qu’il lui révèle le secret d’Amar Katha mais pendant longtemps Shiva différa la discussion. La persévérance de Parvati le décida enfin à lui révéler le secret de l’immortalité. Il choisit un endroit isolé où aucun être vivant ne pourrait l’entendre : la grotte d’Amarnath.

amarnath

Les pics de Sheshnag

Pour être sûr qu’ils seraient seuls, il laissa tout d’abord Nandi (le taureau lui servant de monture) à Pahalgam (Bail Gaon) ; C’est pour cela que le pèlerinage commence habituellement à Pahalgam. Puis, à Chandanwari, il enleva la lune de ses cheveux (Jataon) et, sur les bords du lac Sheshnag, il libéra le serpent qu’il portait autour du cou. Il décida ensuite de quitter son fils Ganesha à Mahagunas Parvat (Mahaganesh Hill). Enfin, à Panjtarni, Shiva laissa les cinq éléments (Terre, Eau, Air, Feu, Ciel, Ether) derrière lui. Après s’être délaissé de tout cela, Shiva pénétra dans la Sainte Grotte d’Amarnath avec Parvati.


Le Seigneur Shiva entra alors en samadhi (profonde méditation) sur une peau de cerf. Pour veiller à ce qu’aucun être vivant ne puisse entendre le secret de l’immortalité, il créa Rudra aussi nommé Kalagni et lui provoquer un incendie pour éliminer tout ce qui vivait dans et autour de la Sainte Grotte. Après cela, il commença à raconter le secret de l’immortalité à son épouse.

amarnath

Shiva en méditation

Mais, par inadvertance, un œuf qui se trouvait sous la peau de cerf fut épargné par le feu. Une paire de pigeons naquirent de cet œuf et devinrent immortels après avoir écouté le secret de l’immortalité.


La croyance populaire veut que le couple de pigeons que l’on voie de nos jours à l’entrée de la grotte sont ceux-là même qui naquirent de l’oeuf caché sous la peau de cerf.

Shiva énonça par la suite que quiconque visiterait la grotte d’Amarnath atteindrait moksha, la liberté du cycle des naissances et des morts (réincarnation).


Amarnath – formalités


Avant de pouvoir entreprendre ce fascinant pèlerinage, vous devez obtenir un permis.

Il est délivré suite à des tests médicaux (analyse de sang, radiographie des poumons et bilan cardiovasculaire) dans des hôpitaux agréés indiens et en s’enregistrant dans une banque listée par l’organisation du yatra.

yatra-amarnath

Le permis pour le pèlerinage d’Amarnath

L’altitude, l’effort physique et les conditions climatiques changeantes sont éprouvantes et mettent le corps à rude épreuve et peuvent même s’avérer fatales pour certains pèlerins.

Si pour les sportifs, ce pèlerinage ne pose aucun problème particulier si ce n’est le manque d’oxygène qui vous oblige parfois à ralentir le pas, pour les autres en revanche, il leur est fortement recommandé de pratiquer un entraînement physique avant le commencement du yatra.

Il est bon de ne pas prendre ces recommandations à la légère. La montagne est imprévisible. Mieux vaut s’assurer que vous êtes au mieux de votre forme avant de commencer cette ascension sacrée.

Le permis se présente sous la forme de trois volets que vous remettez aux autorités sur le terrain. Il mentionne entre autres votre nom, adresse et la date et le lieu de départ du yatra que vous avez choisis.

N.B. Attention, après l’enregistrement à la banque, vous ne pourrez plus changer ces données. Si vous perdez votre permis ou voulez changer de date par exemple, vous devrez refaire tout le processus administratif et repasser le check-up médical.


Amarnath – Itinéraire


Il y a plusieurs façon d’entreprendre le pèlerinage d’Amarnath : à pied, à cheval ou bien même en hélicoptère (!) à partir de la ville de Baltal.

amarnath

Le parcours d’Amarnath

Le yatra commençait jadis à partir de Srinagar, à 90 km de Pahalgam. La pratique la plus courante de nos jours consiste à le démarrer à Chandanwari, à 16 km de Pahalgam. De là, plus de 40 km vous attendent : 30 km jusqu’à la grotte sacrée et 14 km de la grotte jusqu’à Baltal, la ville d’arrivée.

Certains débutent la marche à Baltal, et ne marchent que 14 km jusqu’à la grotte. D’autres font le yatra en sens inverse de Baltal à Pahalgam.

Le pèlerinage à pied de Pahalgam à Baltal prend de 2 à 5 jours selon votre condition physique.


Mon pèlerinage d’Amarnath


La journée débute vers 5h00 du matin, un taxi nous conduit de Pahalgam à Chandanwari. Une longue file d’attente commence alors. Le Cachemire étant une zone sensible, les voitures sont passées au peigne fin par la sécurité.

amarnath

La file d’attente jusqu’à Chandanwari

Deux heures plus tard, à Chandanwari, la randonnée démarre enfin et s’avère ardue pendant au moins une dizaine de kilomètres. Les paysages à couper le souffle et l’énergie de groupe nous tirent malgré nous vers le sommet.

amarnath

Chandanwari, les premiers kilomètres ardus

Le sentier longe la rivière Lidder jusqu’au mont Pissu. L’histoire raconte que pour arriver les premiers au darshan (vision) de Shiva, il y eut une guerre entre les Dévas (dieux) et les Rakshas (démons). Grâce à l’aide de Shiva, les Dévas prirent le dessus. Ils tuèrent les Rakshas en si grand nombre que l’amoncellement de leurs cadavres créa le mont Pissu.

amarnath

Lake de Sheshnag

Douze kilomètres après Chandanwari, nous atteignons le camp de base de Sheshnag où nous passons la nuit dans des toiles de tentes aménagées, louées par des cachemiris. Des bhandare, organisations hindoues non gouvernementales, prennent soin des repas qui nous sont servis à titre gracieux. Loin d’être une tambouille, les repas des bhandare sont d’une variété et d’une qualité surprenantes.

amarnath

camp de base de Sheshnag

Sheshnag est une montagne qui tire son nom de ses sept pics, ressemblant aux têtes du serpent mythique du même nom. Elle surplombe les eaux turquoises du lac Sheshnag.

La fraîcheur et la quiétude de la montagne nous plonge dans un profond sommeil et nous voici, dès 5h00 du matin, dans les starting blocks pour entreprendre une longue marche, de Sheshnag jusqu’à la Sainte Grotte d’Amarnath puis d’Amarnath jusqu’à Baltal, soit environ 30 km.

Encore une fois les paysages sont de toute beauté et, cette fois-ci, la neige vient à votre rencontre.

amarnath

La neige vient à notre rencontre

Après plusieurs collines sinueuses, nous atteignons les prairies du camp de base de Panchtarani entourées de glaciers majestueux où les bergers font paître leur bétail. A cet endroit, au pied du mont Bhairav coulent sept rivières qui, selon la légende, prennent source dans les cheveux de Shiva (Jataon).

amarnath

Camp de base de Panchtarani

A partir de Panchtarani, la grotte n’est qu’à 6 km seulement mais la montée, saturée de pèlerins, s’avère raide et escarpée et prend plusieurs heures. Nous peinons à reprendre notre souffle ; l’altitude est maintenant de 3600 m.

amarnath

La vallée d’Amarnath

Au détour d’un virage, la vallée de Lidder et la grotte sacrée en arrière-plan se dévoilent enfin dans toute leur splendeur. Amarnath bouillonne de pèlerins et de chevaux et il est difficile de se frayer un chemin. Nous prenons un rapide bain dans les eaux glacées de la rivière Lidder et, parés d’habits propres, nous voilà maintenant au pied de la grotte. L’ambiance est pieuse, l’excitation palpable, et le darshan (vision) du lingam de glace est empreint de solennité… instant magique. Om Namah Shivaya…

amarnath

La grotte d’Amarnath

Mais il faut déjà penser au retour, les derniers 14 km jusqu’à Baltal. A première vue rien de bien difficile mais la fatigue se fait maintenant ressentir et les derniers kilomètres, à la lueur de votre lampe frontale, semblent se rallonger à l’infini.

Amarnath

Baltal, fin du voyage…

La civilisation n’est plus très loin maintenant, Baltal et ses rues animées et colorées nous accueillent enfin. Le sourire aux lèvres, le coeur reconnaissant, nous nous remémorons les étapes de cette incroyable aventure, unique au monde.

= > Pour plus de précisions, consultez le site officiel

OM NAMAH SHIVAYA !

[ Mon pèlerinage d’Amarnath en 2015 ]


You might also like

Le Shiva-lingam, le signe de Shiva
Le ‘lingam’ ou ‘Shiva-lingam' est une des représentations hindoues les plus emblématiques de l’Inde et une des plus...
Onam, le retour sur terre du roi Mahabali
Onam est le plus important festival du Kerala. Il tombe durant le mois hindou de Chingam (août-septembre) et marque...
Siddhpur
Siddhpur, la pieuse. Une ville surprenante sur les rives de la rivière Saraswati. Son atmosphère sacrée n'est pas s...
Jaisalmer
Jaisalmer, un diadème d'or et de sable posé avec grâce sur les terres arides du Thar. La beauté de cette ville cou...
Jaipur
Conçue selon des concepts védiques, la capitale bouillonnante du Rajasthan a de quoi séduire. Du 'palais des vents'...
Barsana
Petite ville paisible, haut lieu de pèlerinage pour les hindous, Barsana semble encore résonner des amours divins d...
Ganesha Chaturthi, la naissance du dieu à tête d'éléphant
Ganesh Chaturthi est l'une des principales fêtes spirituelles hindoues qui célèbre la naissance de Ganesha, le fame...
Baneshwar fair
Parfois surnommée la 'Kumbh Mela tribale', Baneshwar fair, est une immense foire populaire tenue dans le district d...
Radhakrishna, le symbole de l’amour divin
Radhakrishna représente l’union unique de la déesse-gopi Radha et de son bien-aimé Krishna, deux divinités hautemen...

Laissez un commentaire :)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X