Punjab

Le Punjab (Pendjab), patrie des sikhs, tirerait son nom des cinq rivières qui le traverse ; l’Indus, le Sutlej, Beas, Ravi et Ghaggar. Cette région faisait partie de la vallée de l’Indus, là où les premières traces de civilisation sont apparues en Inde.

De part sa position géographique et stratégique, le Punjab a, au fil des siècles, subi les influences de multiples empires : Alexandre le Grand, les Huns, Turcs, Afghans, Guptas, Marathes, Moghols et Britanniques pour ne citer qu’eux.

L’actuel Pendjab ne recouvre qu’une faible partie de l’ancien Punjab qui comprenait l’Haryana, l’Himachal Pradesh et une partie du territoire pakistanais. En 1947 eut lieu la partition des Indes qui créa l’Inde et le Pakistan. La partie occidentale du Pendjab peuplée majoritairement de musulmans, revint au Pakistan (Punjab pakistanais), tandis que la partie orientale, majoritairement sikhe et hindoue, revint à l’Inde (le Punjab indien).

Lahore, l’ancienne capitale du Punjab, étant maintenant en territoire pakistanais, la nouvelle capitale du Punjab devint alors Chandigarh (également capitale de l’état de l’Haryana), une cité conçue par l’urbaniste franco-suisse Le Corbusier ; mais la ville la plus importante reste Amritsar, la ‘cité d’immortalité’ des sikhs.

La religion sikhe est née au Pendjab et pratiquée par plus de la moitié de la population de cet état. Elle fut fondée par Guru Nanak (1469-1539), qui cherchait à concilier l’hindouisme et l’islam en une seule religion. Il enseigna l’unité de dieu, la fraternité, le rejet des castes et la futilité du culte des idoles. Il fut suivi par neuf maîtres ou ‘gourous’, le dernier d’entre eux ayant été gourou Gobind Singh (1666-1708).

amritsar-golden-temple punjabAmritsar

Tout comme Agra possède son monument emblématique, le Taj Mahal, la ville d’Amritsar doit sa renommée à son temple d’or, le centre spirituel et culturel de la religion sikhe…

EN SAVOIR +