Khonoma, l’eco-village du Nagaland

Juché sur un éperon rocheux à 1200m d’altitude, à 20 km de la capitale Kohima, le village de Khonoma dans l’état du Nagaland avec ses habitants aussi discrets que chaleureux et son environnement préservé saura charmer le voyageur en quête de quiétude et d’authenticité.

Le village de 3400 habitants, vieux de plus de 500 ans, tire son nom de la plante aromatique locale connue sous le nom de« Khwüno ». Les ancêtres ont ainsi baptisé le village « Khwünomia », c’est à dire les habitants du lieu où pousse le Khwüno. Pour des raisons pratiques de langage, pendant la colonisation Britannique, il a été renommé Khonoma.

khonoma

Khonoma a été pendant longtemps le fief des guerriers Angamis ‘coupeurs de tête’ qui résistèrent jusqu’en 1880 contre l’envahisseur britannique. De nombreux leaders du « Naga National Movement » sont nés ici.


Les Nagas Angamis


Le village est habité par la communauté des Nagas Angamis dont le langage est de type tibéto-birman.

Khonoma

Les jeunes habitantes de Khonoma 🙂

Les Nagas Angamis sont généralement des habitants des régions montagneuses du Nagaland dépendant essentiellement de la culture et de l’élevage.

Khonoma

Culture du riz en terrasse

Ils sont notamment connus pour la culture du riz en terrasses comme celle de Khonoma qui est une des plus vieilles de la région.

Khonoma

Le séchage du riz à Khonoma

Les Angamis étaient à l’origine des guerriers coupeurs de tête. Ils passaient une grande partie de leur temps à guerroyer contre les villages environnants. Comme symbole de leur puissance, ils tranchaient la tête de leurs ennemis.

En 1896, lorsque les Britanniques ont annexé leur territoire, les querelles inter-villages ont progressivement pris fin.

Khonoma

Photo des jeunes angami du village en tenue traditionnelle

Avec les britanniques arrive la chrétienté et une vaste conversion de la population s’opère sur tout le Nagaland. De nos jours, 90% de la population du Nagaland est catholique, une poignée seulement de nagalandais conserve ses traditions animistes.


Khonoma, éco-village


Village de chasseurs, Khonoma a cependant fait le choix du développement écologique établissant des systèmes de gestion des ressources naturelles durablez et de résolution des conflits entre villageois, tout cela avec une volonté résolue de préserver la biodiversité et la faune.

Khonoma

Forêts de bambous autour de Khonoma

En 1998, le conseil du village de Khonoma déclare son intention de créer une réserve naturelle de 2000 hectares connue sous le nom de « Khonoma Nature Conservation and Tragopan Sanctuary (KNCTS)».

Le KNCTS est maintenant devenue une zone privilégiée pour l’observation des oiseaux tels que le tragopan de Blyth, la perdrix de bambou de montagne ou le Finchbill crêté pour ne citer qu’eux.

Le tragopan de Blyth. PC : Rofikul Islam

Les cultures de Khonoma sont en agriculture biologique ; les repas pris dans votre chambre d’hôte sont d’un goût incomparables et sont les meilleurs témoins de cette nature préservée.


Les Morungs


En visitant le village, vous tomberez sur les fameux ‘morungs’ (dortoirs) à l’architecture typique ; ce sont des lieux d’éducation pour les garçons du village.

Khonoma

Maison traditionnelle Morung

Ces habitations en bois richement décorées sont construites sur le même modèle; à l’extérieur des bancs sont placés autour d’un feu et, à l’interieur, un long lit commun de 15 places environ est taillé dans un seul tronc.

Dans ces morungs, le devoir des anciens est d’inculquer les valeurs morales, les responsabilités sociales, l’artisanat (voir ci-dessous), l’agriculture, différents sports comme la lutte et les traditions folkloriques telles les chants et les jeux indigènes.

Alors que la vie moderne s’installe peu à peu dans le village, cette tradition des morungs bien que moins suivie trouve encore sa place.

L’intérieur du Morung


L’artisanat


Khonoma est le foyer de nombreux maîtres artisans dans le domaine de la vannerie et du tissage.

Les forêts du Nagaland sont riches en bambou et en canne. Aussi, l’art de la vannerie chez les Nagas est très développé.

Khonoma

Le panier très caractéristique des nagas Angami, appelé ‘ hophi’, est fabriqué par les hommes uniquement.

Khonoma

C’est un panier en forme de cloche avec une base carrée et quatre pieds. Il possède aussi une sangle de tête tressée que les femmes ajustent sur leur front. Les femmes les portent pour ramasser le bois, ou les récoltes comme le riz et les légumes.

L’autre artisanat typique de Khonoma est le tissage. Les femmes Angamies sont des tisserandes chevronnées.

Khonoma

L’atelier de tissage de Khonoma

Plusieurs types de vêtements traditionnels sont portés par les Angamis ;

Le modèle prédominant est le ‘Loramhoushu’, un châle en laine fine avec des bandes blanches, rouges et noires et le lohe avec des bandes noires, rouges et jaunes.

Le ratapfe est utilisé par les hommes et les femmes pour l’usage quotidien.

Khonoma


Le zutho, la bière de riz du Nagaland


La cuisine traditionnelle naga est non-végétarienne et utilise un grand nombre de produits fermentés (jusqu’à 150 types) faits à partir de pousses de bambou, de poisson, de feuilles de moutarde, etc.

L’aliments fermenté le pus consommé est le ‘zutho’ ou la bière de riz. En vous promenant dans les venelles pavées de Khonoma, il est très courant de croiser les villageois savourant le zutho entre amis.

Khonoma

La fabrication de la bière se fait à partir de riz rond, broyé et pilé avec un maillet en bois. Le riz est ensuite porté à ébullition dans un chaudron. Le mélange est retiré du feu et laissé à refroidir pendant la nuit. De la levure est ajoutée et le mélange fermente pendant deux jours ; il est alors prêt.

La bière qui ressemble à une sorte de porridge contient 5% d’éthanol et est réputée réchauffante et nutritive.


Sekrenyi, un festival angami


Sekrenyi (parfois aussi appelé Phousanyi) est le festival le plus important des Angamis. Il est célébré pendant dix jours et tombe le vingt-cinquième jour du mois Kezei (autour du 25 février). Le terme Sekrenyi signifie littéralement festival de sanctification.

Le festival suit différents rituels, dont le ‘Dzüseva’ ou la purification des hommes dans un puits ou encore le ‘Thekra Hie’ qui dure pendant trois jours et rassemble les jeunes, hommes et filles célibataires qui dansent et chantent en tenues traditionnelles toute la journée durant, le tout arrosé de bière de riz.


Trekking


Khonoma est niché dans un écrin de verdure, entre jungle et rizières. Le trekking fait donc tout naturellement partie de votre séjour

La plus belle randonnée aux alentours de Khonoma est sans conteste la vallée de Dzukou.

Dzukou au printemps

Le mot dzikou signifie « comme un rêve » et l’on découvre pourquoi quand on atteint la vallée après environ 3h de marche. Le sentier abrupt et glissant fait soudain place à une magnifique clairière vallonnée et plantée de bambous nains. Le charme mystique et la sérénité qui s’en dégage sont indescriptibles.

Dzukou en novembre

La vallée de Dzukou est située à une altitude de 2452 m au-dessus du niveau de la mer, derrière le pic de Japfu.

La plupart des voyageurs visitent cette vallée pendant les mois de juin à septembre, lorsque les conditions climatiques sont favorables pour les randonnées.

Au printemps, la vallée se transforme en un lit de fleurs colorées et d’arbustes ; les lys roses poussent ici en abondance rajoutant à la beauté des lieux une délicieuse fragrance.


Laissez un commentaire :)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.