Khonoma, l’éco-village du Nagaland

Khonoma… Je ne devais y rester qu’un jour, je m’y suis presque installée ! Cet ancien village a un réel pouvoir enchanteur qui vous procure instantanément un sentiment de quiétude et de sérénité. Ses habitants discrets, cependant chaleureux, et son environnement préservé sont un régal pour les voyageurs qui aiment les choses simples et l’authenticité des rencontres.

Khonoma

Le charmant village de Khonoma

Khonoma est un village de plus de 500 ans perché à 1 200 m d’altitude sur un éperon rocheux, non loin de Kohima, la capitale du Nagaland. Il tire son nom du “Khwüno”, une plante aromatique local. Ainsi a-il été baptisé “Khwünomia”, c’est-à-dire “les habitants de lieu où pousse le Khwüno”. Pendant le Raj Britannique, pour des raisons pratiques de language, le mot a évolué en “Khonoma”.

Le fort de Khonoma

Les Nagas Angamis de Khonoma


Khonoma
Une représentation d’un guerrier Naga Angami dans le village de Khonoma

Ce bourg de près de 3 400 âmes, maintenant très paisible, a pourtant a été pendant longtemps le fief des féroces “Nagas Angamis” qui résistèrent jusqu’en 1880 contre l’envahisseur britannique. De nombreux leaders du “Naga National Movement” sont nés ici.

Khonoma
De jeunes habitantes de Khonoma 🙂

Les Angamis étaient à l’origine des guerriers “coupeurs de têtes”, ils passaient une grande partie de leur temps à guerroyer contre les villages environnants. Comme symbole de leur puissance, ils tranchaient la tête de leurs ennemis. En 1896, lorsque les Britanniques annexèrent leur territoire, les querelles inter-villages prirent progressivement fin.

Khonoma
Culture du riz en terrasse

Les Nagas Angamis, dont la langue est de type tibéto-birman, habitent généralement les régions montagneuses du Nagaland et dépendent essentiellement de l’agriculture et de l’élevage.

Ils sont notamment connus pour leur culture du riz en terrasses ; celle de Khonoma étant l’une des plus vieilles de la région.

Khonoma
Le séchage et triage du riz de Khonoma

Les Britanniques apporteront également avec eux la chrétienté ; une vaste conversion de la population s’opéra dans tout le Nagaland. De nos jours, 90 % de la population du Nagaland est catholique, une poignée seulement de nagalandais a conservé ses traditions animistes.

Khonoma
Photo des jeunes du village en tenue traditionnelle Naga Angami

Khonoma, un éco-village


Village de chasseurs, Khonoma a cependant fait le choix du développement écologique établissant des systèmes de gestion durable des ressources naturelles et de résolution des conflits entre villageois. Le but étant de préserver la biodiversité et la faune unique du lieu.

Khonoma
Forêt de bambous autour de Khonoma

En 1998, le conseil du village de Khonoma déclare son intention de créer une réserve naturelle de 2 000 hectares connue sous le nom de “Khonoma Nature Conservation and Tragopan Sanctuary (KNCTS)”.

Le KNCTS est maintenant devenu une zone privilégiée pour l’observation des oiseaux tels que le tragopan de Blyth, la perdrix de bambou de montagne ou le Finchbill crêté, pour ne citer qu’eux.

Khonoma
Tragopan de Blyth | Photo : Nick Michalski

Pour affirmer sa volonté de développement durable, Khonoma a aussi opté pour l’agriculture biologique de toutes ses cultures. J’ai encore un souvenir du goût incomparable des repas pris dans la maison d’hôtes avec des légumes tout juste cueillis dans le potager bio.

Khonoma
Un repas sain servi par mes hôtes, provenant directement du potager bio

Les Morungs


En visitant le village, vous tomberez sur les fameux “morungs” (dortoirs) à l’architecture typique ; ce sont des lieux d’éducation pour les garçons du village.

Khonoma
Un morung du village de Khonoma

Ces habitations en bois, richement décorées, sont construites sur le même modèle : à l’extérieur, des bancs sont placés autour d’un feu et, à l’intérieur, un long lit commun de 15 places environ est taillé dans un seul tronc.

L’entrée d’un Morung

Dans ces morungs, le devoir des anciens est d’inculquer aux jeunes les valeurs morales, les responsabilités sociales, l’artisanat (voir ci-dessous), l’agriculture, différents sports comme la lutte et les traditions folkloriques (chants et les jeux indigènes).

Alors que la vie moderne s’installe peu à peu dans le village, cette tradition des morungs bien que moins suivie trouve encore sa place.

Le long lit commun du Morung

L’artisanat de Khonoma


L’atelier d’un vannier dans le village

Khonoma est le foyer de nombreux maîtres artisans dans le domaine de la vannerie et du tissage.

Le bambou et la canne poussent à profusion dans les forêts du Nagaland. Aussi, l’art de la vannerie chez les Nagas est très développé.

Un panier “hophi”

Le panier caractéristique des Nagas Angamis, appelé “hophi”, est fabriqué par les hommes uniquement.

Il est en forme de cloche avec une base carrée à quatre pieds. Une sangle tressée est ajoutée, qui est portée sur le front. Le hophi est utilisé pour des tâches quotidiennes comme ramasser le bois ou pour transporter les récoltes.

Dame de Khonoma portant le hophi chargé de légumes de son potager

L’autre artisanat typique de Khonoma est le tissage. Les femmes Angamies sont des tisserandes chevronnées.

[ Vidéo du tissage d’un châle à Khonoma ]

L’atelier de tissage de Khonoma

Un des vêtements traditionnels des Angamis est le “loramhoushu”, un châle en laine fine avec des bandes blanches, rouges et noires et le “lohe” avec des bandes noires, rouges et jaunes. Le “ratapfe” est un autre châle noir utilisé par les hommes et les femmes pour l’usage quotidien.


Le zutho, la bière de riz du Nagaland


Dame de Khonoma savourant son Zutho

La cuisine traditionnelle naga est non-végétarienne et utilise un grand nombre de produits fermentés (jusqu’à 150 types) fabriqués à partir de pousses de bambou, de poisson ou de feuilles de moutarde entre autres.

L’aliment fermenté le plus consommé au Nagaland est le “zutho”, une forme de bière de riz. En vous promenant dans les venelles pavées de Khonoma, il est très courant de croiser les villageois savourant le zutho entre amis. La bière, qui ressemble à une sorte de porridge, contient 5% d’éthanol et est réputée réchauffante et nutritive.

Le Zutho est une forme de bière de riz

La fabrication du zutho se fait à partir de riz rond, broyé et pilé avec un maillet en bois. Le riz est ensuite porté à ébullition dans un chaudron. Le mélange est retiré du feu et laissé à refroidir pendant toute la nuit. On y ajoute de la levure et le mélange fermente pendant deux jours ; il est alors prêt.


Sekrenyi, un festival Angami


Sekrenyi (aussi appelé Phousanyi) est le festival le plus important des Angamis. Il est célébré pendant dix jours et tombe le vingt-cinquième jour du mois Kezei (autour du 25 février). Le terme Sekrenyi signifie littéralement “festival de sanctification”.

Le festival de Sekrenyi au centre culturel de Kohima | Photo : Yves Picq 

Le festival suit différents rituels, dont le “Dzüseva” (la purification des hommes dans un puits) ou encore le “Thekra Hie” qui dure pendant trois jours et rassemble les jeunes hommes et jeunes femmes célibataires ; ils dansent et chantent en tenues traditionnelles toute la journée durant, le tout bien arrosé de bière de riz.


Trekking aux alentours


Khonoma est niché dans un écrin de verdure, entre jungle et rizières. Le trekking fait donc tout naturellement partie de votre séjour.

La vallée de Dzukou en décembre

La plus belle randonnée aux alentours de Khonoma est sans conteste la vallée de Dzukou.

Le mot “Dzukou” signifie “comme un rêve” et l’on comprend pourquoi quand on atteint la vallée après environ 3 h de marche. Le sentier abrupt et glissant fait soudain place à une magnifique clairière vallonnée, plantée de bambous nains. Le charme mystique et la sérénité qui s’en dégagent sont indescriptibles.

La vallée pendant l’hiver

La vallée se situe à une altitude de 2 452 m au-dessus du niveau de la mer, derrière le pic de Japfu.

La plupart des voyageurs la visitent pendant la période de juin à septembre, lorsque les conditions climatiques sont favorables pour les randonnées.

Au printemps, la vallée se transforme revêt un manteau vert intense parsemé de fleurs colorées ; le lys rose pousse ici en abondance rajoutant une délicieuse fragrance à la beauté des lieux.

Dzukou au printemps avec ses lys roses | Photo : newsmobile.in

[ Le paisible village de Khonoma ]


Laissez un commentaire :)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !