Les incontournables, à 100 km autour de Jaipur

Si vous souhaitez étendre votre découverte de la région autour de Jaipur (Rajasthan) et que vous cherchez des endroits à visiter à moins de 100 km de la ville rose, voici quelques idées de balades qui ne vous décevront pas : sites historiques, palais somptueux, ville des nawabs et cité hantée…


Palais de Samode, luxe et raffinement


Samode palace
Le palais de Samode, luxe et patrimoine

Nous commençons la visite de la région de Jaipur par le village de Samode, à une quarantaine de kilomètres de la ville rose. Nichée au cœur des monts Aravallis, le village de Samode doit sa renommée à son palais du même nom, un splendide exemple de l’architecture royale indo-sarrasine du 19e siècle, toujours détenu et géré par des rajpoutes liés à la famille royale de Jaipur.

Samode palace
La salle aux miroirs du palais

Les nobles propriétaires de ce palais font partie de ces familles en Inde qui ont su garder et développer leur héritage patrimonial en reconvertissant leur palais en hôtel 5 étoiles.

Si votre budget le permet, vous pourrez profiter amplement du lieu en réservant une des chambres au somptueux décor sinon, vous pourrez toujours visiter les différentes salles ouvertes au public en présence du ‘butler’ de l’hôtel pour une centaine de roupies seulement.

Samode palace
La salle d’audience ornée de délicates fresques

Et quelle visite ! Difficile de ne pas tomber en admiration devant le raffinement et le luxe des intérieurs du palais : sols en marbre, piliers finement décorés, murs en mosaïques, tapis anciens et mobiliers judicieusement choisis en fonction de l’atmosphère de chaque pièce. Cependant, les deux joyaux de la couronne du palais sont incontestablement sa galerie des glaces (Sheesh Mahal) incrustée de miroirs finement travaillés et son Durbar hall (salle d’audience) orné de belles fresques relatant la mythologie hindoue.

Samode palace
Un des salons du palais

Un sentier pavé à partir du palais vous mènera à l’ancien fort en ruine de Samode vous offrant une vue imprenable la vallée.

En quittant le palais, prenez le temps de flâner dans le village de Samode, il est réputé pour ses textiles imprimés ‘aux tampons’ (block-printing) et aussi pour la fabrication des ‘chourias’, les bracelets indiens colorés.

La fabrication des ‘chourias’, les bracelets indiens dans le village de Samode

Chand Baori, le plus ancien puits à degré de l’Inde


Chand Baori
La symétrie parfaite du Chand Baoli

Sur la route menant à Agra, à 90 km de Jaipur, les voyageurs ne manqueront pas de s’arrêter au Chand Baori d’Abhaneri, le plus grand et le plus ancien puits à paliers de l’Inde.

On attribue la construction de cet édifice au roi légendaire Chanda au cours des 8e et 9e siècles de notre ère, mais s’il n’y a aucun écrits attestant de son commanditaire. Le puits compte 3 500 marches étroites disposées en parfaite symétrie, qui descendent jusqu’à 20 mètres de profondeur, la où la température est d’environ 5 degrés de moins qu’en haut.

Le puits, qui n’était qu’utilitaire à la base, a ensuite été aménagé pour la famille royale avec la construction dans les étages supérieurs d’un petit haveli (maison de maître). Pendant l’époque moghole (18e siècle), des arcades à colonnes et une galerie d’art ont été ajoutées tout en haut du Chand Baori.

Chand Baori
Le petit Haveli sur la droite du puits

Les puits à paliers, appelés baori ou bawri en Hindi, sont typiques des régions du nord-ouest de l’Inde qui, du fait de leur conditions climatiques et géographiques connaissaient régulièrement des pénuries d’eau. Aujourd’hui, ces puits ne sont plus utilisés, mais l’architecture parfaite de ces édifices continue d’attirer et d’émerveiller les voyageurs.

En sortant du puits, à droite, nous découvrons un temple hindou tout aussi ancien que le puits, dédié à Harshat Mata, considérée comme la déesse du bonheur et de la joie.

Chand Baori
Le temple Harshat Mata

Le temple à été considérablement endommagé par les invasions turques et une grande partie des statues qui ornaient le temple se trouve maintenant au musée de Jaipur. Cependant, celles qui sont encore en place témoignent du raffinement artistique de l’époque.

Harshat Mata, qui est un temple encore en activité, accueille un grand nombre de fidèles locaux lors de sa foire annuelle de trois jours en l’honneur de la déesse.

Une des sculptures du temple montrant un couple d’amoureux (mithuna)

Bhangarh, le fort le plus hanté de l’Inde


Bhangarh
Vue sur l’ensemble du fort

En direction de la réserve de tigre de Sariska, à 84 km de Jaipur, nous tombons sur le fort de Bhangarh. Il fut construit au milieu du 16e siècle EC, par le souverain Rajpoute, Bhagwant Das, comme résidence pour son deuxième fils, Madho Singh, qui était le frère cadet de Man Singh, le général de l’empereur Moghol Akbar. Avec la chute de l’empire Moghol, le fort fut annexé en 1720 par Jai Singh II, le fondateur de Jaipur et, après la famine de 1783, il tomba dans l’oubli.

Bhangarh
L’allée centrale qui comprenait autrefois des échoppes

Le fort, qui était alors protégé par des trois remparts successifs, n’a pas résisté à l’épreuve du temps ; quelques temples hindous sont encore debout comme celui de Gopinath ainsi que des vestiges ce qui était autrefois des échoppes, des restaurants, des havelis, une mosquée et un palais.

Bhangarh
Temple de Gopinath, un des rares édifices encore debout

Le fort de Bhangarh est surtout connu pour être le plus hanté de l’Inde ; d’ailleurs, sur l’écriteau à l’entrée, il est inscrit que le lieu est strictement interdit entre le coucher et le lever du soleil, car ici, on croit que des esprits envahissent le lieu à la nuit tombée.

Bhangarh

L’origine de cette croyance remonte à une légende locale. On dit qu’un prêtre tomba fou amoureux d’une princesse d’une beauté inégalée. Mais ne pouvant attirer l’attention de la belle princesse, il essaya alors d’utiliser la magie noire. Un beau matin, alors qu’elle revenait du marché, le prêtre jeta un sort sur la fiole de parfum qu’elle venait d’acheter afin qu’elle tombe amoureuse de lui. Cependant, la princesse fut mise au courant de cette manœuvre et se débarrassa de la bouteille sur le champ. Le sort se retourna contre le prêtre qui fut transformé en rocher ; il eut juste le temps de maudire la princesse, sa famille ainsi que tous les villages environnants.

Depuis, les locaux pensent qu’à cause de ce sort toutes les constructions dans et autour du fort (à l’exception des temples) ont vu leurs toits s’effondrer et, par conséquent, personne n’ose rien construire autour du fort de Bhangarh.

Tonk, la petite Lucknow


Tonk est une destination encore peu connue, à 96 kilomètres de Jaipur, et pourtant cette petite bourgade connue aussi sous le nom de Lucknow du Rajasthan’, regorge de petits trésors laissés par les descendants des Pachtounes d’Afghanistan.

tonk
Le Sunehri Kothi

La visite qui s’impose à Tonk est le Sunehri Kothi (la demeure en or) construit par le Nawab de Tonk, Mohammed Ibrahim Ali Khan (1867-1930), dans l’ancien complexe du palais afin d’y donner des récitals de poésie, de danse et de musique. Cette magnifique salle est décorée de miroirs incrustés, de verre doré, et de vitraux venant de Belgique.

tonk
L’intérieur tout en or du Sunehri Kothi

Un autre monument emblématique de Tonk est sa mosquée Jama Masjid commencée en 1246 EC par le Nawab Amir Khan et achevée en 1298 par son fils Nawab Wzirudhoula. Avec ses quatre minarets imposants et ses décorations délicates, c’est certainement une des plus belles mosquées que compte l’Inde.

tonk
Mosquée Jama Masjid de Tonk | Photo : @kpktpt

Tonk abrite aussi le premier Institut de recherche arabo-persan de l’Inde engagé dans la promotion des études arabes et perses. Cet institut a été créé par le gouvernement du Rajasthan en 1978 dans le but de préserver et de conserver les manuscrits persans et arabes récupérés dans tout l’état du Rajasthan. L’attraction principale de cet institut est la calligraphie d’art faite sur des cheveux, des grains de riz et à l’intérieur de bouteilles en verre transparent.

tonk
Le Hathi Bhata | @DestinationYouLikeBundiTonkAndSawaiMadhopur

À 30 kilomètres de Tonk, en direction de l’est, on tombe sur un monument tout à fait étonnant, le Hathi Bhata, un immense monolithe d’un éléphant construit en 1200 EC par un certain Ram Nath Slat. Comment le sait-on ? L’histoire de cette belle sculpture est gravée sur l’oreille droite de l’éléphant !

Bisalpur
Le temple Gokarnesvara inondé lors d’une crue du lac de Bisalpur

S’il vous reste un peu de temps pour la visite, continuez 60 km plus loin, vers la ville de Bisalpur connue pour son temple Gokarnesvara, édifié par le souverain Chahamana Vigraharaja IV au 12e siècle EC. Il est maintenant posé sur les rives du lac artificiel de Bisalpur et il arrive qu’il soit inondé lors des crues de la mousson.

Juste avant Bisalpur, ne manquez pas de vous arrêter à Todaraisingh où vous pourrez admirer le Hadi Rani Boari, un puits à degrés rectangulaire du 12e et 13e siècle.

 Hadi Rani Boari
Le Hadi Rani Boari | photo : inspirock

Laissez un commentaire :)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !