Khajuraho et ses temples de l’amour

Khajuraho est un village de l’état du Madhya Pradesh, au nord de l’Inde, connu pour ses somptueux temples édifiés sous la dynastie des rois Chandelas. Classés au patrimoine mondial de l’humanité, leur renommée dépasse largement les frontières de l’Inde en raison de leurs voluptueuses sculptures de “l’art de l’amour”.

Khajuraho
Le temple Kandariya Mahadeva (groupe ouest), l’un des plus remarquables de Khajuraho

Khajuraho est sans aucun doute un des plus beaux sites que compte l’Inde. Les Chandelas, des souverains Rajpoutes du centre de l’Inde, firent ériger ces splendides édifices sur une période s’étalant du 10e au 11e siècle. On en comptait 85 à l’origine, cependant 22, seulement, subsistent de nos jours. Ils sont consacrés aux cultes hindous et jaïns.

Khajuraho
Temple Devi Jagadambi (groupe ouest)

Historique


Les temples de Khajuraho restèrent en activité jusqu’à la fin du 12e siècle. Au 13e siècle, l’armée du Sultanat de Delhi, sous le commandement du sultan Qutb-ud-din Aibak, attaqua et saisit le royaume Chandela.

Khajuraho
Le lion véhicule de la déesse Durga – Temple Devi Jagadambi

Du 13e siècle au 18e siècle, la région fut dominée par les différentes dynasties musulmanes. Pendant cette période, un bon nombre de monuments hindous furent profanés. C’est une chance que ceux de Khajuraho aient été épargnés. Les historiens pensent que l’isolement du site l’a protégé de la destruction.

Les temples furent peu à peu oubliés et, au fil des siècles, la nature reprit ses droits, engloutissant le village.

C’est un géomètre anglais, T.S. Burt, qui redécouvrira les différents sites de Khajuraho en 1840. Les travaux de rénovation démarreront au 20e siècle et dureront une quinzaine d’années.


Les temples de Khajuraho


Khajuraho
La sikhara (tour principale) du temple Kandariya Mahadeva (Khajuraho ouest)

Le site de Khajuraho est divisé en trois groupes dits groupe ouest, groupe est et groupe sud.

Les temples les plus importants se concentrent dans la partie ouest. Parmi eux, celui de Kandariya Mahadeva, dédié à Shiva, est le plus remarquable.

Construit au milieu du 10e siècle, sa tour principale est constituée de petits urushringas ou tours secondaires qui s’appuient sur la principale.

Khajuraho
Le lingam du temple de Kandariya (Khajuraho ouest)

Cependant, l’attraction majeure du temple de Kandariya Mahadev est ses nombreuses fresques érotiques (voir plus bas) qui, loin d’être vulgaires, sont de véritables chef-d’oeuvres architecturaux reflétant l’ouverture d’esprit de l’époque.

Temple de Lakmana

Juste à côté, le temple de Lakshmana, reposant sur une large plate-forme est le seul du site à être entouré de plusieurs petits sanctuaires annexes.

On remarquera notamment celui de Vahara, l’avatar de Vishnou sous la forme d’un sanglier. Le corps de l’animal-dieu est entièrement orné de figurines du panthéon hindou.

Vahara, le sanglier, réincarnation du dieu Vishnou autour du temple de Lakshmana

Les groupes est et sud renferment aussi des édifices intéressants comme ceux de Parshvanath, Adinath, Shantinath ou Chaturbhuja.

Le temple de Parshvanatha est le plus grand des temples jaïns de Khajuraho. Il présente de belles sculptures de couples, de danseurs, de musiciens et aussi de dieux hindous, marquant la bonne entente des deux religions.

Entrée du temple de Parshvanatha

À droite du temple de Parshvanath, on trouve celui d’Adinath, plus petit, mais tout aussi joliment sculpté, avec une statue en schiste noire représentant le premier des vingt-quatre maîtres du jaïnisme.

Temple jaïn d’Adinath (Khajuraho Est)

Dans le même complexe de temples jaïns, un édifice blanc avec plusieurs tours attire notre attention. C’est le temple de Shanti Nath. Si l’extérieur semble récent, Shanti Nath abrite cependant une statue d’Adinath, haute de 4,50 m, qui daterait de 11e siècle.

La statue de Shanti Nath de 4,50 m de hauteur

Les sculptures érotiques de Khajuraho


Tous les temples de Khajuraho, sans exception, sont richement ornés de statues finement travaillées qui illustrent de nombreux aspects de la vie humaine ainsi que les déités du panthéon hindou.

Fresques guerrières sur le temple de Lakshmana

Khajuraho est cependant connu pour un autre type de sculptures, celles représentant des scènes du kamasutra, maintenant célèbres dans le monde entier.

En réalité, ces scènes ne représentent qu’une portion infime de la décoration des temples et on saurait réduire ces temples à de simples édifices érotiques.

Bien qu’elles n’égalent pas celles de Khajuraho, ce genre de sculptures subjectives se retrouvent dans un grand nombre d’édifices en Inde tels les temples du soleil à Konark ou Modhera, pour ne citer qu’eux.

Khajuraho
Couples d’amoureux, temple Kandariya Mahadev

Alors, pourquoi des sculptures érotiques dans les lieux spirituels?

Khajuraho
Une des sculptures de ‘l’art de l’amour’ de Khajuraho (temple de Kandariya)

Plusieurs théories ont été mises en avant pour expliquer la présence de telles sculptures dans les temples hindous et jaïns.

Selon la thèse spirituelle, les figures sensuelles rappellent que l’énergie sexuelle doit être transcendée pour atteindre un état d’éveil spirituel. L’être humain doit se centrer sur son univers intérieur plutôt que de dépendre de ses cinq sens qui le mènent vers l’acquisition sans fin de choses matérielles.

Du point de vue du tantrisme, le sexe est sacré. Il reproduit l’acte ultime de la création, l’union du masculin et féminin. Le sexe est la cause de la création et manifestation de l’univers.

Certains évoquent aussi que ces temples avaient (ont) une valeur éducative. Parler de sexualité est souvent un sujet tabou. L’art du sexe peut être appris à travers ces sculptures.

Khajuraho
Scène du temple de Kandariya Mahadev

Le festival de danse de Khajuraho


Khajuraho organise un festival de dance qui a lieu chaque année en février-mars dans le cadre spectaculaire des temples de Khajuraho, magnifiquement mis en lumière pour l’occasion.

Le festival de dance de Khajuraho | Photo : timesofindia

Ce festival culturel est une vitrine de la richesse des différents styles de danses classiques indiennes comme le Kathak, le Bharathanatyam, l’Odissi, le Kuchipudi ou le Manipur. De la danse moderne a également été ajoutée récemment au programme.

Les récitals de danse sont exécutés dans un auditorium en plein air, généralement en face du temple Chitragupta dédié à Surya (le Dieu Soleil) et du temple Vishwanatha dédié à Shiva.


Laissez un commentaire :)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !