Leh, capitale du Ladakh (Jammu & Cachemire)

Leh, la capitale du Ladakh offre un tout autre visage du Cachemire. Ici, les prairies verdoyantes et fleuries font place à un désert montagneux austère mais grandiose que seuls les monastères en robe blanche et rouge viennent distraire. L’air est vif et les visages ne sont pas sans rappeler ceux du Tibet tout proche.

La formation du royaume du Ladakh remonterait au 10ème siècle quand le prince Nyima Gon conquit la partie occidentale du Tibet avec une armée de 300 hommes. On pense que plusieurs palais et villes du Ladakh ont été fondés par ce même prince tibétain.

Située à une altitude de 3500 m d’altitude, Leh fut un carrefour important sur la célèbre route de la soie. La ville est dominée par le palais de Leh, l’ancienne résidence de la famille royale de Ladakh, construit selon les mêmes lignes que celles du palais de Potala, au Tibet.

L’atout principal de Leh est le foisonnement de monastères bouddhistes (gompas) qui rivalisent de beauté. Parmi eux figurent celui de Thiksey qui offre une vue imprenable au soleil couchant ou celui d’Alchi, une perle aux splendides peintures murales ou bien encore celui d’Hemis, un des plus larges gompas du Ladakh, dans lequel a lieu chaque année un festival religieux réputé.


Festivals à ne pas manquer


Ladakh festival


Losar-Festival-Leh

Le festival du Ladakh a lieu chaque année en septembre pendant 15 jours, à Leh et dans les villages environnants. La cérémonie d’inauguration se déroule à Leh avec une procession en grande pompe de plusieurs troupes culturelles de diverses parties du Ladakh. D’autres activités comprennent entre autres du tir à l’arc, polo et des danses traditionnelles bouddhistes.


Hemis festival


Ce festival bouddhiste a lieu autour de juillet dans le magnifique gompa de Hemis situé dans la ville du même nom à 45kms de LehHemis Tse Chu
Le festival d’Hemis commémore la naissance de Guru Padamasambhava, qui a amené le bouddhisme Vajrayana au Bhoutan et au Tibet. Des programmes culturels ont lieu comme les fameuses danses de masques

Les autres festivals de Leh suivent ceux du calendrier bouddhiste.


Suivez le guide !


Palais de Leh***


Offrant une vue panoramique sur Leh et les chaînes de montagnes environnantes, le palais de Leh a été construit par le roi Sengge Namgyal au 17ème siècle sur le modèle du palais de Potala à Lhassa, au Tibet.

leh

Il comprend neuf étages ; les étages supérieurs étaient réservés à la famille royale. Le palais est actuellement en cours de restauration par l’Archaeological Survey of India, il est cependant ouvert au public.


Fort de Tsemo**


Construit au 15ème siècle par le roi Tashi Namgyal, ce petit fort domine la vallée et le palais de Leh.

leh

Il a servi de résidence royale durant la dynastie Namgyal et renferme un modeste temple. Juste en dessous, deux gompas (monastères bouddhistes) datant du 15ème siècle abritent une divinité gardienne et une statue dorée de 10 m de haut du Bouddha Maitreya. Le fort ainsi que les gompas ne sont ouverts qu’à certains moments de la journée (matin et soir) quand les moines viennent faire les rituels religieux.


Shanti Stupa (5 km)***


On ne peut manquer le dôme blanc de la Stupa ‘Shanti’ juchée sur une colline escarpée.

leh

Elle a été construite par des fidèles bouddhistes du Ladakh et du Japon et inaugurée en août 1991 par Sa Sainteté le Dalaï Lama afin de promouvoir la paix et la prospérité dans le monde, ainsi que pour commémorer les 2500 ans du Bouddhisme. La stupa dispose d’une image centrale du Bouddha assis tournant la roue Dharmachakra.


Tisseru Stupa (5 km)*


Cette Stupa en ruine près de celle de Shanti serait vieille de plus de 600 ans. On attribue sa construction au roi Graps-Pa Bum-Ide (1410-1440).

leh

Le nom Tisseru signifie ‘mule jaune’ et ce monument est empreint de mystère.

La légende veut qu’un rocher jaune de la forme d’une mule se tenait à l’emplacement actuel de la stupa et était habité par des forces malignes qui infligeaient des tourments aux habitants. Un jour, la reine tomba malade juste en le regardant. C’est alors, qu’après les conseils avisés des lamas, le roi construisit une stupa au dessus du rocher pour emprisonner les esprits démoniaques.

Tisseru est considéré comme la plus large stupa du Ladakh (55 m de diamètre) et combine les styles indiens et tibétains.


Monastère de Sankar (3 km)***


Situé à une distance de 3 km de Leh, ce petit monastère, branche de celui de Spituk, est la résidence officielle du lama senior de l’ordre des Gelugpa (les bonnets jaune), Kushok Bakul.

leh

Il comprend une bibliothèque et une statue du bouddha Avalokitesvara à mille mains et mille têtes qui attire particulièrement l’attention.


Hall of Fame*


Le Hall of Fame, littéralement le ‘hall de la gloire’, est situé près de l’aéroport de Leh.

C’est un musée construit et entretenu par l’armée indienne à la mémoire des soldats qui ont perdu la vie pendant les guerres indo-pakistanaises.

Il dispose d’une boutique de souvenirs et expose des objets liés aux différentes guerres (principalement la guerre de Kargil) telles que des armes et certains documents importants.


Palais de Stok (15 km)**


Situé à environ 15 km de la ville de Leh, le Palais de Stok, construit par le roi Tsespal Tondup Namgyal en 1825, est actuellement la résidence des descendants du roi Sengge Namgyal.stok

L’architecture de ce palais est un mélange de tradition bouddhiste et de styles architecturaux contemporains. Cette propriété palatiale détient une bibliothèque qui compte environ 108 volumes du Kangyur (Les enseignements du Bouddha) ainsi qu’une collection de vêtements royaux et de bijoux.


Monastère de Spituk (18 km)***


Surplombant la vallée de l’Indus, Spituk (‘l’exemplaire’) est un monastère bouddhiste fondé au 15ème siècle par Od-De.

 

Il abrite une communauté d’une centaine de moines et renferme de nombreuses icônes du Bouddha et de beaux thangkas (tentures bouddhistes).

Sur le haut de la colline, se trouve le temple de Mahakal, contenant une statue de Vajrabhairava (Kali). Le visage terrifiant de la déesse n’est dévoilé que lors du festival annuel de Spituk connu aussi sous le nom de Gustor. Pendant ce festival, les lamas portent les masques de divinités religieuses et exécutent des danses mythologiques bouddhistes.


Monastère et Palais de Shey (15 km)***


Le monastère et palais de Shey sont situés sur une colline dans le village du même nom, à 15 km au sud de Leh.

Shey était autrefois utilisé comme résidence d’été des rois du Ladakh. Le palais, en grande partie en ruines aujourd’hui, a été construit en 1650, par le roi du Ladakh, Deldan Namgyal, aussi connu comme Lhachen Palgyigon.

La famille royale a quitté les lieux pour le palais de Stok en 1834. Le palais contient la plus large stupa de la victoire (Nangyal Chorten) du Ladakh et son extrémité est faite d’or pur.

Le monastère de Shey a également été construit au 17ème siècle sur les instructions de Deldon Namgyal, à la mémoire de son défunt père, Singay Namgyal, dans le complexe du palais. Le principal sanctuaire du monastère est doté d’une statue dorée incrustée de pierres précieuse de 12m de hauteur représentant le Bouddha Shakyamuni en position assise.


Monastère de Thiksey (20 km)***


Juché sur une colline dans le village de Thiksey, à 20 km de Leh, le Gompa de Thiksey appartient à la branche bouddhiste des Gelugpa (les bonnets jaunes).

thiksheyFondé au 15ème siècle, d’après les lignes du Palais de Potala au Tibet (d’où son surnom de ‘petit Potala’), il dispose de 10 temples et accueille plus d’une centaine de moines.

Il renferme des objets de l’art bouddhique et une imposante statue de Maitreya (le futur bouddha) de 15 mètres de haut, la plus grande du Ladakh, installée pour commémorer la visite du 14ème Dalaï Lama dans ce monastère en 1970.


Monastère de Chemrey (40 km)***


Couronnant la colline de Chemrey, le monastère du même nom avec ses maisons en terrasses ressemble de loin à un de nos villages médiévaux européens.

Il a été fondé en 1644 en tant que mémorial pour Sengyé Namgyal. Il abrite environ 120 lamas de l’ordre des ‘bonnets rouges’. Le monastère possède une grande statue de Padmasambhava et contient également une précieuse collection d’écritures.


Monastère d’Hemis (47 km)****


Hemis fait parti des plus remarquables monastères bouddhistes du Ladakh.

Caché dans une gorge, à 47 km de Leh, on y accède par des routes sinueuses traversant de magnifiques paysages de montagne. Il appartient à l’ordre des bonnets rouges et a été fondé par Stagsang Raspa Gyatso Nawang en 1630.

Il contient une importante bibliothèque de livres tibétains et une collection très impressionnante de précieux thangkas (tentures bouddhistes) et de statues d’or ornées de pierres précieuses.

Une agréable marche de 3 km, au-dessus du monastère vous mènera vers un ermitage sacré, antérieur au monastère de Hemis, où l’on peut voir gravées dans la roche, les empreintes de mains et pieds du lama Gyalwa Kotsang, qui était le résident de cet ermitage.

Le monastère d’Hemis est aussi connu pour son festival du même nom dédié au seigneur Padmasambhava (Guru Rimpoche). On pense qu’il est né le 10ème jour du cinquième mois de l’année du singe et que sa mission de vie était (est) d’améliorer la condition spirituelle de tous les êtres vivants. Lors de cette même configuration astrologique, qui arrive une fois tous les 12 ans, Hemis donne un spectacle majeur à sa mémoire. Les cérémonies commencent le matin par un rituel au sommet du Gompa où, au rythme des tambours et des cymbales le portrait de Rygyalsras Rimpoche est montré pour lui rendre un culte. Des danses de masques mystiques prennent ensuite place selon la tradition tantrique.


Monastère d’Alchi (70 km)***


A 70 km de Leh, sur les rives de la rivière Indus se tient le gompa d’Alchi, un bijou monastique considéré comme l’un des centres bouddhistes les plus importants du Ladakh.alchi

Il comprend cinq sanctuaires aux splendides peintures murales du 11ème et 12ème siècles et une impressionnante statue en argile du bouddha Manjushri, représentant la sagesse, peinte avec des couleurs minérales. Les environs du gompa offre une atmosphère très conviviale pour les visiteurs avec des stands de thé, des chambres chez l’habitant ainsi que des boutiques de souvenirs.


Monastère de Lamayuru (120 km)***


Sur la route cahoteuse de Kargil-Leh, Le monastère de Lamayuru offre une halte reposante pour le voyageur.

Datant du 11ème siècle, ce monastère a été fondé par Mahasiddhacharya Naropa et appartient à la branche des ‘bonnets rouges’ du bouddhisme.

Il accueille plus de 150 moines et abrite une riche collection d’objets telles des peintures murales, thangkas, statues, tapis et une impressionnante idole aux mille yeux.


Confluence des rivières Indus et Zanskar (30 km)***


Dans un cadre pittoresque près de la ville de Nimmu au Ladak, le bleu de la rivière Indus se fond au marron-vert de la rivière Zanskar.

Zanskar_Indus_river_Sangam

Toutes deux trouvent leur source dans les chaînes himalayennes et se rejoignent en ce point. Du rafting est organisé sur les deux rivières et comptent des rapides de catégorie I à V.


Dras Valley, War Memorial, Kargil***


La vallée de Dras débute à partir du col de Zojila (3500m), sur la route entre la vallée du Cachemire et du Ladakh. Connue comme la deuxième région habitée la plus froide au monde en hiver (-45), elle offre durant la période estivale des paysages à couper le souffle.

La vallée de Dras et ses paysages époustouflants

 

Le ‘Dras War Memorial’, également connu sous le nom de ‘Vijaypath’, est un mémorial de guerre construit par l’armée indienne, à Dras, dans les contreforts de la colline Tololing. Il contient une épitaphe avec les noms de tous les officiers et soldats indiens qui sont morts pendant la guerre Indo-Pakistanais de 1999 (guerre de Kargil).

Dras War Memorial

Située sur les rives de l’Indus, Kargil est la deuxième plus grande ville du Ladakh après Leh. Rien à visiter ici, c’est surtout une ville de transit et une halte bien méritée sur la route Srinagar-Leh. Kargil est devenue tristement célèbre au milieu des années 90 en raison de la guerre Indo-Pakistanais quand cette ville et les zones environnantes étaient occupées par l’armée pakistanaise. Des treks de trois jours partent de Kargil pour la vallée de Suru et traversent quelques villages de montagne et des prairies fleuries de toute beauté.


Bouddha de Mulbekh***


A 50 km de Kargil et à 1 km de la ville de Mulbekh, se dresse, sculptée dans la roche, une statue de 9 m de haut du Bouddha Maitreya c’est à dire du Bouddha à venir.

Certaines personnes pensent qu’il remonte à la période Kushan au début du siècle de notre ère mais les historiens la dateraient plutôt du 13ème siècle. Les bouddhistes croient que le cinquième bouddha sera Maitreya parmi les mille bouddhas qui visiteront le monde.


Laissez un commentaire :)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !