Shakti, la force créatrice primordiale

« Shakti » signifie pouvoir, dynamisme. C’est une notion fondamentale de l’hindouisme. La Shakti est souvent associée au principe féminin (mais va bien au-delà) personnifiée par la déesse hindoue primordiale, Devi et ses différents avatars. Le culte de la Shakti est présent partout en Inde et culmine lors du festival de Navaratri.

Devi, l’incarnation de la Shakti, peut revêtir plusieurs formes : celle de Parvati (déesse de l’harmonie et de la dévotion), de Durga (déesse de la force et du courage), de Kali (déesse de la destruction) ou encore celle de Saraswati (déesse de la sagesse et des arts), pour ne citer qu’elles.

Ces Shaktis sont vénérées comme des Mères Universelles à la fois nourricières, protectrices et destructrices.

Shakti
La « Tridevi » : Lakshmi, Durga et Saraswati

Le culte de ces déesses est d’égale importance par rapport à celui des autres déités représentant l’aspect masculin, il est même considéré comme supérieur par les « shaktas », les adeptes du shaktisme.

La Shakti est célébrée lors d’un grand festival appelé NAVARATRI ou DURGA PUJA.

LIRE L’ARTICLE SUR NAVARATRI


La Shakti dans l’hindouisme


« C’est seulement lorsque Shiva s’unit à toi, Ô Shakti, qu’Il devient le Seigneur Tout-Puissant. Laissé à lui-même, Il n’a même pas la force de lever le petit doigt » (Devi Upanishad).

Shakti
La déesse Durga avec son lion, son véhicule divin (Vahana) | Ancienne peinture du musée du Folklore de Kochi

Shakti vient du sanscrit shak qui signifie « pouvoir ou potentiel à produire ». C’est l’énergie cosmique primordiale, la puissance sous-jacente de la création et de son existence. Elle est considérée comme le cosmos lui-même.

Non seulement la Shakti est responsable de la création, mais elle est également l’agent de tout changement.

La Shakti est souvent associée à la puissance créatrice féminine, parfois appelée « Mère Divine ». Sur le plan terrestre, la Shakti se manifeste par le biais de la créativité, de la fécondité, de la maternité. Cependant, elle est également présente chez les hommes, sous forme non manifestée.

Shakti
La déesse Durga dans un des temples temporaires de Kolkata (festival Durga Puja)

L’hindouisme fait appel à deux concepts : l’essence (Brahman) et l’existence (Pradhana). La Shakti, la mère universelle, serait la forme qui permettrait à l’esprit (Brahman) de se manifester, de se matérialiser. (Source : la Sakti )

shakti
La déesse guerrière Durga

Dans la branche hindoue du « Shaktisme », la Shakti est vénérée comme l’Être Suprême. Shakti incarne l’énergie féminine active de Shiva et est identifiée comme Mahadevi ou Parvati.

Les »‘shaktas », les adeptes du shaktisme, concentrent leur adoration sur l’aspect féminin du Divin. Shiva, l’aspect masculin de la divinité et son culte sont généralement relégués à un rôle d’auxiliaire.

Shakti
Rituel effectué à la déesse Durga (Kolkata)

Dans le Tantrisme, la Shakti définit l’union des contraires. Il faut réunir les deux pôles, l’énergie (Shakti) et la Conscience Divine (Shiva), qui demeurent indissolublement unis dans l’absolu.

Cette union étroite des principes masculins et féminins est symbolisée par Ardhanarishvara, divinité mi-Shiva, mi-Shakti ou par le Shivalingam.

Ardhanarishvara, mi-Shiva, mi-Shakti

Dans certaines branches du tantrisme, cette union n’est pas limitée à l’ordre symbolique et il existe des rites et des pratiques tantriques qui visent à réaliser concrètement cette unification notamment par l’accomplissement codifié de l’acte sexuel.

Lorsque le terme « Tantra » est utilisé dans le cadre du shaktisme, il se réfère le plus souvent à des rituels, et – plus largement – à une méthode ésotérique de la pratique spirituelle (Sadhana).

Cette pratique est axée sur une déesse et implique plusieurs rituels (mantras entre autres) pratiqués après une initiation (diksha) sous la guidance d’un maître authentique.

Shakti
Les femmes s’appliquent du kumkum (poudre vermillon) à la fin du festival Durga Puja

La Shakti dans le tantrisme est hors caste et libre de tout préjugé patriarcal. Les femmes sont considérées comme des manifestations de la Shakti, la force primordiale, et font donc l’objet d’un grand respect et d’une haute vénération. Aussi, chaque aspirant homme doit réaliser le principe féminin latent en lui-même.

Shakti
Le déesse Durga sur son tigre

Les maîtres de sagesse indiens expliquent la Shakti comme une force d’épanouissement de l’être, du Soi, homme comme femme. Cette force se manifeste par l’éveil d’un sentiment d’amour tourné vers l’univers entier.

La voie spirituelle permet l’éveil de la Shakti. C’est l’état dans lequel l’humain est libéré de toute ignorance et où il commence à voir le monde dans sa vraie nature.


Les Shakti Peetha


Les « Shakti Peetha » sont des lieux de culte hindous hautement vénérés, dédiés à la Shakti.

Les Shakti Peetha sont clairsemées sur tout le sous-continent indien. Bien que ce nombre soit contesté, on en dénombre 51 au total. 18 d’entre elles sont unanimement acceptées comme « Maha Shakti Peeth » (les grandes Shakti Peeth). Quatre Shakti Peeth appelées « Adi Shakti Peeth » (les premières Shakti Peeth) sont considérées comme les plus sacrées de toutes.


L’origine des Shakti Peeth


Pendant la période du Satya Yuga, Daksha (le fils du dieu Brahma) mena un grand Yagna (rituel du feu) dans le but de se venger de Shiva.

Daksha était en colère, car Sati (l’une de ses 27 filles) avait épousé le dieu Shiva contre sa volonté. Daksha invita toutes les divinités au Yagna sauf Shiva et Sati. Mais Sati voulut tout de même y assister.

Après avoir essayé de l’en dissuader, Shiva accepta de la laisser partir escortée de Ganas (disciples). Mais Sati fut très mal accueillie par son père qui, de plus, insulta Shiva. Elle fut si offensée qu’elle se jeta dans le feu du Yagna.

Shiva portant Sati après son immolation

Lorsque la nouvelle de son immolation arriva aux oreilles du seigneur Shiva, il devint fou de rage. Il partit avec ses Ganas à l’endroit où Daksha effectuait son Yagna, mit à sac le site et décapita Daksha.

Shiva souleva ensuite le corps de Sati et exécuta furieusement la « Tandava », sa danse cosmique qui menaça de détruire l’univers.

Le dieu Vishnou sur sa monture l’homme-aigle Garuda avec son arme, le Sudarshana Chakra (en haut à gauche)

Afin d’éviter cela, le seigneur Vishnou (le préservateur de l’univers) coupa le corps de Sati en plusieurs morceaux avec son disque, le « Sudarshana Chakra ».

Shiva arrêta alors sa danse destructrice. Les parties du corps de Sati tombèrent à divers endroits du sous-continent indien et formèrent les sites connus comme les Shakti Peetha.

Les lieux des différentes Shakti Peetha : saktipeetha.org

14 Comments on “Shakti, la force créatrice primordiale”

  1. Madame,
    Sur la page « shakti » de votre blog, je relève, parmi d’excellentes reproductions, trois images qui m’intéressent : elles représentent 1. Ardhanārīśvara 2. Lakṣmī, Pārvatī et Sarasvatī 3. Garuḍa portant Viṣṇu. Elles sont claires et se prêtent à des commentaires pédagogiques. Je possède de nombreuses photographies, cartes postales et peintures, mais les vôtres me plaisent tout particulièrement. M’autorisez-vous à les reproduire dans un manuel sur l’hindouisme ? Bien sûr, la provenance, c’est-à-dire votre site sera mentionnée. J’abuse peut-être en vous demandant un autre service : vous serait-il possible de me faire parvenir les trois images au format JPEG dans une meilleure définition ?
    Avec mes remerciements,
    Et bravo pour votre site et l’envie que vous donnez d’aller en Inde, même si en ce moment…
    Bien cordialement,
    Jacques Weber
    Professeur émérite
    Université de Nantes

    • Bonjour Jacques Weber, merci de votre aimable message. Ces photos ne sont pas les miennes mais des images d’anonymes, qui sont du domaine public. Je vous les envoie tout de même par email.
      Bien cordialement,
      Mathini

  2. Je vous remercie pour ce réservoir d’immanence.
    Nous pouvons être dans l’existence et dans l’essence, de fait, nous en traversons la transparence et notre coeur en éprouve bien le nectar.

    Sur ce plan,l’apaisement est la victoire du mental délivré.

    Amitiés !!! Didier

  3. Je pleure la Joie de me souvenir de cette ultime réalité. Om Shanti shakti Mahadeva !

  4. Bonjour,
    Permettez un très court extrait de mon blog afin d’exprimer quelques mots au sujet de l’Esprit Féminin, appelé par exemples Shakti chez les hindous, Shekinah chez les hébreux ou bien Sakînah dans l’ésotérisme islamique. Merci.
    « La vérité se révèle plutôt au cœur de l’homme qu’à sa raison », dit Hippolyte Destrem, parce que le cœur de l’homme est inspiré par l’Esprit féminin.
    Pour trouver la Vérité, il n’y a que deux voies à suivre : celle de la Science et celle de l’Amour.
    La Religion, c’est la voie de l’Amour.
    L’Amour, c’est le lien moral qui unit l’homme à l’Esprit féminin, et c’est ce lien qui est la Religion.
    « Alors, soudainement, à son heure, Dieu vient. Cette expérience capitale est une perception certaine, immédiate, de Dieu. La certitude absolue se fait jour que l’on n’est pas seul au dedans de soi. Il semble que, sur tous les points, on se sente en contact avec un être de même nature, sympathique, incommensurablement plus sage, stable et désintéressé. C’est une impression analogue, mais plus complète et plus intime, à celle que l’on éprouve aux côtés d’une personne tendrement aimée et en qui l’on a une entière confiance. » (H. G. Wells, Dieu, l’invisible Roi)
    L’amour idéal est pour l’homme un lien d’un si grand prix, un tel élément de bonheur, que tous ceux qui l’ont ressenti le placent au-dessus de tous les autres éléments de la félicité humaine. Il faut considérer en lui non seulement le bonheur qu’il fait éprouver, mais encore la perfection qu’il donne à toutes les puissances de l’âme. De tous les sentiments qu’il nous est donné de concevoir, il est celui qui nous élève le plus au-dessus des faiblesses et des vulgarités de la pure sensation, celui qui produit dans l’intelligence les manifestations les plus poétiques, celui qui fait naître dans la volonté les résolutions les plus nobles.
    Cordialement.

  5. Bénédiction à vous qui m’avez permis d’avoir une esquisse claire du shaktisme que je venais à peine de découvrir grâce à un ami qui est un SHAKTA .Je constate que dans l’univers il n’y qu’une seule et même force ou énergie adorée de manières diverses selon les coutumes : c’est l’énergie divine de Mère /Père Dieu .

    • Merci Jeannot 🙂 Oui il n’y a qu’une seule force universelle qui prend différentes formes

  6. Bonjour .
    Merci beaucoup pour ce partage enrichissant .j’ai découvert cette énergie subitement lors de mes méditations ,elle agie en tout intelligence pour vous transformer et vous purifier .je vis cette phase d’éveil spontané avec difficulté mais je sens que cette énergie m’accompagne .
    Merci

Laissez un commentaire :)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !