Aranmula et sa fascinante course de bateaux-serpents

S’il ne fallait ramener qu’un seul souvenir du Kérala, ce serait, pour moi, celui de la fascinante régate d’Aranmula. Les bateaux-serpents voguant avec grâce et majesté sur la rivière Pampa ainsi que le refrain hypnotique des bateliers resteront à jamais gravés dans mon esprit !


Aranmula
L’Uthrattathi Vallamkali, la course de bateaux du village d’Aranmula

L’Aranmula Uthrattathi Vallamkali ou course de bateaux-serpents (snake-boat) est le festival phare du village d’Aranmula ; c’est également l’une des plus anciennes courses de bateaux du Kérala.

Organisée chaque année le jour « d’Uthrattahi » du mois de « Chingam » dans le calendrier Malayalam (août ou septembre dans notre calendrier grégorien), la course est étroitement liée au temple de Parthasarathy et au festival d’Onam.

Aranmula
Les rameurs au petit matin, prêts pour l’entraînement

La Vallamkali concerne toutes les communautés, tous les ages et toutes les classes de la société. Elle est organisée sous les auspices de la « Seva Sangam Palliyodam », une organisation qui regroupe deux membres de chacun des 48 villages ou « Karas », propriétaires d’un bateau-serpent dans le district d’Aranmula.

Aranmula
Petite pause photo pour les rameurs 🙂

La légende d’Aranmula


Aranmula
Le temple Parthasarathy d’Aranmula

La légende veut que la course d’Aranmula soit organisée en commémoration de la traversée de la rivière Pampa par Arjuna, l’un des cinq frères Pandavas de l’épopée du Mahabaratha.

On dit qu’après une longue période de pénitence, Arjuna revint dans sa ville natale avec une idole du Seigneur Krishna. Quand il atteignit la rive nord de la Pampa, il la trouva en crue et ne put la traverser.

Aranmula
La cour intérieure du temple de Parthasathy

Un villageois qui se tenait là offrit de le mener à bon port sur une embarcation de fortune. Quand il eut traversé et atteint l’autre rive, Arjuna posa la statue ; on dit que c’est à ce même endroit que le temple de Parthasarathy a été construit.

Pour honorer ce service rendu par un batelier à Arjuna, des courses de bateaux ont, dès lors, été organisées sur la rivière, en face du temple de Krishna.

Parthasarathy aranmula
Les déités du temple de Parthasarathy
EN SAVOIR + SUR LE VILLAGE D’ARANMULA


Les Chundan Vallam ou bateaux-serpents


Aranmula
Un Chundan Vallam, appelé aussi « bateau-serpent » en raison de sa poupe dressée comme la tête d’un cobra

Portant le nom de « Chundan Vallam » en langue Malayalam, les pirogues d’Aranmula, dont l’origine remonterait aux rois de la dynastie « Chempakasserry », sont appelées ici « Palliyodams », c’est-à-dire : « les vaisseaux divins du seigneur Krishna ».

On raconte que la conception des Chundan Vallam a été pensée par le seigneur Krishna lui-même, la divinité résidente du temple d’Aranmula.

Plus communément, les bateaux d’Aranmula sont appelés « bateaux-serpents » en raison de leur poupe qui ressemble à une tête de cobra dressée et aussi en référence au serpent mythologique Anantha sur lequel le dieu Vishnou* est allongé.

* Krishna est l’une des incarnations de Vishnou

Aranmula
La poupe dressée des bateaux serpents

Ces élégantes embarcations sont de préférence construites à partir du bois de Kadampu ou d’Anjili (sorte de jacquier) et selon un ancien traité sur la construction de bateaux tiré des Védas (textes de sagesse de l’Inde ancienne)

Les palliyodams mesurent environ 30 m de long et la poupe imposante s’élève à une hauteur de 6 m. Il faut plus d’un an pour construire une seule de ces pirogues.

Aranmula
Les bateaux Palliyodam peuvent contenir jusqu’à une centaine de rameurs !

Traditionnellement, le bateau est commandé par le Kaarnavan, le chef du village, et accueille une centaine d’hommes : 80 rameurs environ assis en rangée de deux, une quinzaine de chanteurs qui donnent le rythme, une poignée d’hommes portant des parasols colorés et quatre à cinq rameurs qui contrôlent la direction du bateau à l’aide d’une longue rame de 4 m, l’Adanayampu, servant de gouvernail.

Seuls les hommes du village sont autorisés sur le bateau et doivent porter une tenue stricte : un pagne blanc (Mundu) ainsi qu’un turban ; les chemises et chaussures sont proscrites.

Aranmula
L’Adanayampu, la longue rame servant de gouvernail.

Le Vanchippattu, le chant des bateliers


Aranmula
Les équipes entonnent le Vanchipattu dans le temple Parthasarathy

Postés debout, au milieu du bateau, une quinzaine d’hommes entonnent l’envoûtant Vanchipattu (le chant des bateliers) qui a pour but d’encourager les rameurs et donne surtout le rythme au bateau.

Le Vanchippattu est une forme poétique qui s’est développée au 18e siècle sous les règnes des Maharajas Marthanda Varma et Kartika Tirunal Rama Varma. Le Vanchippattu le plus connu est le « Kuchela Vritham » du poète Ramapurathu Warrier, un classique de la littérature kéralaise.

Aranmula
Les offrandes des différentes équipes devant l’entrée du sanctuaire

Le Kuchela Vritham Vanchippattu dépeint l’histoire de Kuchela, un dévot et ancien camarade du seigneur Krishna qui partit à Dwarka pour le rencontrer. Le poème aurait été composé et récité lors d’un des voyages en bateau du roi dans lequel Ramapurathu Warrier était également présent. Tout en décrivant avec force la pauvreté de Kuchela et la bienveillance de Krishna, Warrier exposa indirectement sa condition précaire au roi lui demandant de l’aide. On dit que Warrier fut largement récompensé.

[ Ecoutez le chant hypnotique des bateliers d’Aranmula ]


La course de bateaux-serpents d’Aranmula


Les bateliers montent les marches du temple

La veille de la course, toutes les équipes amarrent leurs bateaux au pied du temple Parthasarathy

Toutes les équipes se réunissent dans le temple

Tandis qu’ils montent les marches du temple, ils sont accueillis par les organisateurs avec un arati (flamme) puis entrent dans le temple pour rendre hommage à Krishna par le biais d’offrandes de fleurs, de Nirapara (seau rempli de riz complet et d’une gerbe de riz), de tabac et de feuilles de bétel déposés devant le mât doré du temple.

Les offrandes de fleurs, de Nirapara (gerbes de riz), de tabac et de feuilles de bétel

Les bateliers entonnent alors avec grande ferveur et dévotion le Vanchipattu et font la circumambulation du temple accompagnés de percussions traditionnelles.

Ils se voient ensuite offrir le succulent Valla Sadhya, un festin entièrement végétarien servi sur une feuille de bananier et composé de pas moins de 64 ingrédients. L’ambiance devient vite ludique quand les rameurs interprètent des chants demandant à ce que des mets particuliers leur soient servis.

Le festin « valla sadhya » donné aux rameurs

Le lendemain, l’embarcation en forme de l’aigle Garuda (le véhicule sacré du dieu Vishnou) part en reconnaissance pour bénir les bateliers.

L’embarcation en forme de l’aigle Garuda part bénir les équipes

Après une dernière prière au Seigneur Krishna, les bateliers se lancent dans la course.

Contrairement aux autres courses de bateaux du Kerala qui sont de vraies compétitions, ici les participants concourent de façon conviviale. Même si elle est tout aussi sportive, la course d’Aranmula est avant tout un hommage à Parthasarathy, la déité du temple.

Les rameurs attendent le départ de la course
Les rameurs en pleine action

[ La course d’Aranmula ]


4 Comments on “Aranmula et sa fascinante course de bateaux-serpents”

  1. Votre site est magique et représentatif de l’Inde que nous avons « exploré  » de nombreuses fois….Toutes nos félicitations….Merci…..

Laissez un commentaire :)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !