Roha, fort historique de Kutch

On ne dirait pas comme cela, mais le fort de Roha était, au 16e siècle de notre ère, un des plus puissants de Kutch (Gujarat). Située sur une colline du même nom, à 50 km de Bhuj, la forteresse est une destination hors du temps qui, bien qu’envahie d’herbes folles, ravira les voyageurs qui, comme moi, aiment les vieilles pierres et les sites chargés d’histoire.

Les « Rao », souverains de Kutch

L’histoire du fort remonte à 1550 EC quand le Rao de Kutch, Khengarji Jadeja I, établit la ville de Roha dans la province de Nakhatrana à une cinquantaine de kilomètres de Bhuj et la donna à son frère Sahebji. Son successeur Jiyaji y construisit deux énormes réservoirs qui dit-on étaient remplis d’or et d’argent. Roha était alors considérée comme une des provinces des plus opulentes de Kutch. Il y avait, à cette époque, 52 villages sous la gouvernance du seigneur de Roha. Le Thakur Noganji, est crédité de l’achèvement de ce fort au 18e siècle.

roha
La vue depuis le fort de Roha

La colline où sied le fort est à 250 m d’altitude. On y accède en grimpant une centaine de marches qui débutent au pied d’un petit temple dédié à Mataji.

Le lion du petit temple au pied des marches qui nous mène au fort

L’entrée du fort est marquée par une arche qui donne directement sur l’édifice le mieux sauvegardé du fort : un temple dédié à Radha-Krishna, encore en activité. Ce dernier semble plus récent que le fort ou peut-être a-t-il bénéficié de plus d’attention au cours du temps.

roha
Le petit temple à Radha-Krishna à l’entrée du fort

Le temple, finement décoré, est construit dans un style palatial rajpoute avec deux coupoles, des jalis (panneaux en pierre) et une véranda servant de mandapa entourée d’arches flanquées de nymphes apsaras.

roha
Les statues de Krishna et Radha du temple

Le sanctuaire renferme deux statues, celle du dieu hindou Krishna en schiste noir et celle de sa bien-aimée Radha, en marbre blanc.

Détails du temple

Alors que nous croyons être seuls dans ce fort fantôme, une voix joyeuse scande au loin quelques mantras dédiés à Durga. C’est le pandit du fort (il n’a pas voulu être photographié) qui s’occupe des différents temples en activité de la forteresse. Après avoir fait le tour de chaque temple, il part dans tous les recoins du fort, un sac de grains à la main, pour nourrir les paons, les derniers habitants du lieu.

roha
Une des entrées vers les anciens palais maintenant habités par les paons

Il semble que l’oiseau occupait déjà le fort du temps de sa gloire. Le célèbre poète Gujarati, Sursinhji Takhtasinhji Gohi (1874 –1900), de son nom de plume « Kalapi » (« paon » justement), avait décrit dans ses poèmes l’atmosphère paisible de Roha avec ses nombreux paons et sa nature sauvage.

Kalapi était le seigneur de l’État de Lathi au Gujarat. Le poète a écrit environ 250 poèmes. Il est également l’auteur de nombreux écrits en prose.

Le célèbre poète Gujarati, Sursinhji Takhtasinhji Gohi (« Kalapi »)

Passé le temple, le reste de la visite se compose de murs en ruine percés de fenêtres et de balcons à encorbellement, qui tiennent debout tant bien que mal.

roha
Les vestiges d’un des palais du fort

Jadis, les palais du roi et de la reine étaient reliés par un long passage entièrement recouvert de jalis en bois, ce qui permettait aux personnes de la cour d’avoir une vue dégagée sur l’extérieur sans être vues.

roha
Ruines d’un des palais du fort

La légende raconte que ce fort était à son apogée après que le petit-fils du frère de Rao Khengarji I ait fait un rêve dans lequel la déesse Devi lui demandait de sortir son idole d’un des puits du fort et de construire un temple en son honneur. Peut-être est-ce ce petit sanctuaire sur lequel on tombe lors de notre visite du fort ? (photo ci-dessous).

Petit temple dédié à la déesse Durga au milieu des ruines du temple
roha
Vue sur un des palais du temple

Le temps, les rivalités entre seigneurs, le Raj britannique et le tremblement de terre de 2001 ont eu raison de ce lieu qui, d’après ses vestiges, devait être un joyau architectural. Il n’en demeure pas moins que le fort de Roha est un endroit enrichissant qui nous plonge dans l’histoire de la région de Kutch.

Murs fortifiés d’un des palais du temple
VISITEZ KUTCH AVEC NOUS !


Vous aimerez peut-être aussi...

Delwara, la cité des dieux du Mewar
Delwara, est un bourg niché au coeur des monts Aravalli, à une trentaine de kilomètres à peine d'Udaipur, la romantique...
Les Chhatardis Royaux des Jadejas de Bhuj
Pour une raison que j'ignore, certains guides font l'impasse sur les chhatardis de Bhuj. Et, pour peu qu'on soit mal...
Grottes d'Ajanta, bijoux bouddhiques de l'Inde
Dressées au-dessus d'un méandre de la rivière Waghora, les grottes rupestres d’Ajanta, restées longtemps cachées, nous content maintenant la vie...
L'art mural Sandhya d'Udaipur
Le Sandhya est une forme traditionnelle d'art mural qui trouve son origine dans la région de Braj (Uttar Pradesh). De...
Les céramiques votives de Molela
À l'heure où bon nombre de traditions artisanales se perdent en Inde, le village de Molela fait exception. Situé dans...
Huit temples inédits à Kutch, Gujarat
Hormis son "Rann", le grand désert de sel, Kutch, un district au nord-ouest du Gujarat, possède bien d'autres petits trésors...

2 Comments on “Roha, fort historique de Kutch”

Laissez un commentaire :)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOYAGEZ AVEC MOI !