Kotay, le temple du soleil de Kutch

Kotay, à seulement une heure au nord de Bhuj (Gujarat) comprend les vestiges d’un temple dédié à Surya, le dieu soleil hindou, datant du 9e siècle EC. Connu également sous le nom de Ra Lakha, le sanctuaire, bien que poli par les vents chauds des plaines désertiques de Kutch, garde encore de beaux atouts.

Le temple de Kotay se trouve tout au bout d’un chemin cabossé, perdu au milieu de nulle part. Nous nous y rendons avec un guide local, car le site n’est pas indiqué sur la route. C’est un lieu encore peu connu.

Kotay
Le temple de Surya de Kotay, Kutch (face sud)

Les rares photos de ce temple que j’avais trouvées par hasard sur le web m’avaient mis l’eau à la bouche et je m’étais promise de ne pas manquer ce site lors de ma prochaine visite dans la région de Kutch. C’est maintenant chose faite, et je n’ai pas été déçue en voyant cette petite merveille en personne.

Kotay
Le temple de Surya, face sud et notre chauffeur qui découvre aussi le site

Nous passons un portail et marchons vers le site sous le soleil implacable du mois de mars. Il n’y a pas âme qui vive aux environs, ni gardien.

Le temple construit en grès jaune et rouge, est posé sur une plateforme faisant face à l’ouest. Également connu sous le nom de Ra Lakha, cet édifice a été attribué à Lakha Phulani, petit-fils du roi du Sindh (Pakistan actuel), Jam Lakho Dhuraro. Il aurait été construit au 9e siècle de notre ère.

Kotay
L’entrée du temple et les bases des piliers du mukha mandapa

À l’entrée, le mukha mandapa (pavillon à quatre piliers) est absent, seules les bases des piliers restant nous indique son emplacement.

Kotay
Le linteau orné des neuf planètes de l’astrologie hindoue

Je m’avance vers le sabha mandapa (le hall du sanctuaire) dont la porte est soigneusement sculptée. Le linteau est ornementé des Navagrahas, les neuf planètes de la cosmologie hindoue supposées influencer les destinées humaines. 

L’astrologie védique indienne est basée sur neuf grahas (planètes), collectivement appelés navagrahas, nava signifiant neuf. Ils comprennent le soleil (Surya), la lune (Chandra), Mars (Mangala), Mercure (Boudha), Jupiter (Brihaspati), Vénus (Shukra), Saturne (Shani), Rahu (nœud nord de la lune) et Ketu (nœud sud de la lune).

Kotay
Le sabha mandapa

Le sabha mandapa est soutenu par des piliers carrés composés de plusieurs arrêtes. Les chapiteaux sont sculptés de yakshas, des esprits de la nature, gardiens des temples, censés aussi apporter prospérité et richesse.

Kotay
Les chapiteaux flanqués de yakshas

Le linteau de la porte du sanctuaire comporte une belle frise sculptée de deux rangées de divinités. Les jambages sont tout aussi richement ornementés.

Kotay
Le garbhagriha avec sa porte abondamment ornementée et la plaque flanquée d’une image du dieu Surya. Au dessus, la photo du dieu Shiva.

Le garbhagriha (saint des saints) contient une plaque très abîmée flanquée d’une image de Surya que l’on distingue à peine.

Curieusement, une photo du dieu Shiva est posée au-dessus de cette stèle. Certains chercheurs pensent en effet que le temple de Kotay n’est pas dédié à Surya, mais à Shiva. L’argument le plus probant est que l’entrée du temple est disposée à l’ouest et non à l’est comme c’est le cas de tous les temples du soleil en Inde, Konark (Odisha), Modhera (Gujarat) pour ne citer qu’eux. Les textes védiques énoncent que Surya vient de l’est pour éclairer et illuminer la pensée.

Kotay peut être également une version syncrétique de Shiva-Surya, Surya étant souvent identifié à Shiva. L’Aditya Hridayam, un hymne récité par le grand sage Agastya du Ramayana déclare qu’il n’y a aucune différence entre Surya et Shiva.

Kotay
Les statues de divinités sculptées au-dessus de la porte du garbhagriha

À l’extérieur, le temple présente un toit incliné divisé en quatre sections de hauteurs légèrement différentes, la partie supérieure de la flèche du temple est manquante.

Kotay
La face nord du temple plutôt bien conservée

La facade nord du temple est la mieux conservée. Elle est ornée de plusieurs personnages, déités hindoues, nymphes asparas et animaux mythologiques comme les yalis, censés protéger et garder les temples. Les yalis ont généralement le corps stylisé d’un lion et la tête d’une autre bête, le plus souvent d’un éléphant (gaja vyala), d’un cheval (ashva vyala), d’un humain (nir vyala) ou d’un chien (shvana vyala).

Asparas et yalis

À l’arrière du temple, au centre, on peut apercevoir la statue de Surya représentée avec des fleurs de lotus ouvertes dans ses deux mains levées, les deux autres bras reposent sur la tête de ses assistants, Pingala et Dandi, respectivement le défenseur de la justice et celui qui enregistre les bonnes et mauvaises actions.

L’arrière du temple avec au centre la statue de Surya

La façade sud est très érodée. Sa fenêtre est cependant intéressante avec un jali (écran de pierre ajouré) surmonté une statue de Surya en position assise et de motifs décoratifs dentelés. Les jalis dans l’architecture de l’Inde ont été conçus pour permettre une ventilation diffuse et pour imprégner l’intérieur des temples d’une atmosphère feutrée qui encourage la dévotion et la concentration.

La fenêtre à jali de la face sud du temple

En écrivant cette page, je vois à quel point ces divinités védiques me passionnent et ce sera donc sûrement le sujet de mon prochain article. À suivre sur MAGIK INDIA !

VOYAGEZ AVEC MOI AU GUJARAT !


Vous aimerez peut-être aussi...

Kuas, les puits-minarets du Shekhawati
Dans les zones semi-désertiques comme le Shekhawati, au nord du Rajasthan, la gestion de l'eau est un élément vital. Ainsi,...
Khavda, la poterie de la vallée de...
Au nord du district de Kutch (Gujarat), en bordure du grand désert blanc, se trouve le village de Khavda qui...
Rameshwaram, l'île légendaire du Tamil Nadu
Rameshwaram, situé sur l'île de Pamban, au sud-est du Tamil Nadu, est un lieu spirituel majeur en Inde. C'est l'un...
Kavant Fair, le festival des récoltes des...
La foire de Kavant ou Kavant Gher Mela qui se tient dans le village du même nom, près de Chhota...
Roha, fort historique de Kutch
On ne dirait pas comme cela, mais le fort de Roha était, au 16e siècle de notre ère, un des...
Barmer, cité authentique du désert du Thar
Barmer est une cité du désert du Thar qui, contrairement à une grande partie du Rajasthan, est encore épargnée par...

Laissez un commentaire :)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOYAGEZ AVEC MOI !