Le Kinnaur, le trésor caché de l’Himachal Pradesh

Le Kinnaur est un trésor bien gardé de l’Himachal Pradesh constitué de majestueuses chaînes de montagnes, de vergers et prairies ondoyantes, de temples-tours et de hameaux pittoresques aux tuiles d’ardoises scintillantes. La vallée se trouve au nord-est de Shimla et est bordée par le Tibet à l’Est. Les amoureux de paysages intouchés, les randonneurs et les visiteurs fuyant les stations très touristiques du Nord de l’état trouveront là leur paradis vert.

Kinnaur
Les routes tortueuses du Kinnaur

En l’absence d’écrits, les historiens pensent que le Kinnaur et certaines régions alentours faisaient partie du royaume de Magadha au 6e siècle puis des Mauryas. Après l’effondrement de l’empire Maurya, les Kushanas et les Guptas prirent le relai.

Au début du 14e siècle, la région de Kinnaur était divisée en sept parties, appelées localement “sat khund” constamment en conflit. Les forts de labrang, Morang et Kamru (voir ci-dessous) nous en disent long sur cette époque houleuse.

Dans l’histoire récente, le Kinnaur faisait partie de l’état princier du Bushahr. On pense que le Bushahr a été fondé au début du 15e siècle par Danbar Singh, un rajpoute venant du Deccan.

En 1850, les Britanniques initient l’ambitieuse route commerciale indo-tibétaine qui coupe définitivement le Kinnaur de son isolement. La création de l’état de l’Himachal Pradesh en 1972 et les “inner-line permits” (cf ci-dessous) pour les zones frontalières au Tibet permettent peu à peu l’ouverture du Kinnaur aux visiteurs avides d’espaces grandioses.

Kinnaur
Architecture typique du Kinnaur, le temple Narayanan Nagini, Kalpa

La présence tout proche du Tibet a favorisé les échanges et le mélange des cultures. L’influence du bouddhisme est ressentie un peu partout dans le Kinnaur, notamment dans l’architecture, les habitudes alimentaires, les costumes traditionnels et la religion ; certains villages et temples du Kinnaur marient sans complexe hindouisme et bouddhisme en un même endroit.

Kinnaur
Habitant typique de Kamru tissant un gilet en laine

Le tissage de la laine est un des artisanats les plus réputés au Kinnaur comme les châles colorés traditionnels aux motifs géométriques, mais également les fameuses toques en laine (thepank) au bord en velours vert que portent les hommes tout autant que les femmes. Cette région est aussi connue pour ses vergers (pommes, abricots) et fruits secs ainsi que pour ses ‘chilgozas’ (pignes de pin).

Kinnaur
Tenues traditionnelles du Kinnaur | Photo : thenewshimachal.com

Inner-line permit

Les étrangers souhaitant se rendre vers les zones frontalières du Tibet, autrement dit la Chine (zone après Kalpa) doivent obtenir un “Inner Line permit” disponible auprès des bureaux de Shimla, Manali, Kullu, Rampur, Kaza et Reckong Peo.


Et maintenant, visitons le Kinnaur !


Rampur – Palais de Padma


Kinnaur
Vue générale du Palais Padma

Avant d’entrer dans la région du Kinnaur, les voyageurs font habituellement une pause à Rampur, située à 140 km de Shimla et posée sur les rives de la rivière Satluj. C’était autrefois une étape importante sur l’ancienne route commerciale indo-tibétaine. La ville présente peu d’intérêt en elle-même, mais son palais vaut vraiment le détour.

Rampur était autrefois le siège de l’état princier du Bushahr, qui nous a laissé l’élégant palais de Padma. Construit en 1917, durant le règne du roi Padam Dev Singh, il exhibe une harmonieuse architecture indo-européenne, boiseries du Kinnaur et vitraux belges.

Kinnaur
Le pavillon du Palais

Le palais sert encore de résidence principale à l’un des héritiers de la famille royale du Bushahr, M. Virbhadra Singh, qui fut le ministre en chef de l’Himachal Pradesh de 2012 à 2017. Comme il s’agit d’une propriété privée, il n’est pas possible de visiter les intérieurs, mais vous pouvez vous promener dans les jardins tout autour du palais et admirer l’édifice.

Kinnaur
Les jolies portes du palais avec les vitraux belges

La deuxième semaine de novembre de chaque année, se tient la foire de Lavi, qui est très populaire dans tout l’Himachal. Elle dure quatre jours et propose de l’artisanat local ainsi que des programmes regroupant des artistes locaux.


Sarahan – Temple Bhimakali


Kinnaur
Le temple Bhimakali

En continuant notre route vers l’est, à 35 km de Rampur, nous entrons dans le Kinnaur et nous tombons sur le petit village de Sarahan qui fut une des capitales du royaume de Bushahr.

Sarahan abrite un édifice de toute beauté, à l’architecture inégalée dans tout le Kinnaur : le temple de Bhimakali, dédié à la déesse hindoue Bhimakali, patronne de la famille royale du Bushahr.

Kinnaur
La porte d’entrée du temple

Le sanctuaire est non seulement époustouflant, mais c’est aussi l’une des très sacrées Shakti Peeth ; on dit qu’une des oreilles de Sati, la parèdre du dieu Shiva, est tombée ici. Lire l’histoire complète.

Kinnaur
La seconde entrée du temple de Bhimakali

Le temple comporte deux tours, une datant de 1927 et l’autre reconstruite récemment sur les ruines de l’ancienne qui datait du 12e siècle. Cette dernière renferme, au tout dernier étage, la statue en argent de Bhimakali. Les tours arborent une architecture typique kinnaurie avec un toit en pagode de style bouddhique et des motifs ornementaux finement ciselés dans le bois. Elles sont bâties avec une alternance de pierre et de bois qui est censée la rendre antisismique.

Kinnaur
Un ancien temple à Shiva dans le complexe du temple Bhimakali

Par tradition, les rois du Bushahr étaient aussi les prêtres du temple et, par conséquent, ils résidaient dans le sanctuaire lui-même. En 1917, Raja Padam Singh fit construire un palais situé à quelques centaines de mètres du temple où il s’y installa. La famille royale actuelle ne s’y rend qu’à l’occasion des principaux festivals hindous comme celui de Durga Puja en sept-oct. Le palais n’est pas ouvert au public.

Kinnaur
Le palais Shanti Kunj de la famille royale

Une nuit dans la guesthouse du temple…


Kinnaur
La vue sur l’entrée du temple depuis les chambres d’hôtes

Pour apprécier pleinement la beauté et l’atmosphère du lieu, je conseille aux voyageurs d’y passer une nuit et de se loger dans les chambres d’hôtes du temple. Pour 550 roupies la nuit, on dispose de chambres modestes mais spacieuses avec une vue imprenable sur la cour extérieure du temple en bois sculptée. On est aussi aux premières loges pour assister aux aratis (cérémonies) à la divinité, le matin à 6 h et le soir à 7 h 30. La cantine du temple offre des repas simples mais très savoureux.


A 500 m en haut du temple, on peut visiter une faisanderie qui accueille l’oiseau roi de l’Himachal, le Jujurana, ou tragopan de Hastings (un petit faisan à gorge bleue) – une des espèces protégées de la région. La faisanderie est fermée pendant l’été (avril-juin) qui correspond à la période de reproduction.

Kinnaur
Le Jujuana, trapogan | Photo : ebird.org

Vallée de Sangla – Fort de Kamru


Kinnaur
Vue sur Kamru depuis le fort

A 100 km de Sarahan, toujours en direction de l’Est, nous entrons dans la vallée de Sangla réputée pour ses paysages scéniques. Le hameau de Kamru, A 2 km de la bourgade de Sangla, fait partie de ces villages authentiques que le voyageur apprécie tout particulièrement.

Kamru fut la capitale du royaume de Bushahr avant qu’elle ne soit déplacée à Sarahan. Le village est bâti sur une colline à 2 600 m au-dessus de la mer. A son sommet trône un fort, un des plus anciens de l’Himachal Pradesh.

Les maisons en bois et toit d’ardoise de Kamru

On l’atteint par une série de portes en bois délicatement sculptées. La montée d’environ 20 minutes se fait à pied, à travers le paisible hameau essaimé de jolies maisons traditionnelles en bois.

Une des portes sculptées du fort

Juste avant d’arriver au fort, on croise un ensemble de temples bouddhistes ainsi qu’un temple hindou dans la même cour, encore un bel exemple de cohabitation des deux religions dans le Kinnaur.

Le temple hindou au milieu des temples bouddhistes

On entre dans le complexe du temple-fort par une grande porte en bois massif ; nous sommes accueillis par deux dames du village qui nous serviront de guides. Il nous faut tout d’abord enlever tout élément en cuir, se couvrir la fête (hommes et femmes) et s’attacher un foulard autour de la taille.

La porte en laiton du temple-fort

Une porte en laiton sculptée de déités s’ouvre alors sur une cour avec une tour en bois (le fort) à trois étages couronnée par un toit en forme de pagode. L’idole de Kamakhya Devi, un avatar de la déesse Kali, est installée dans cette tour. On dit qu’elle a été rapportée de Guwahati (Assam), là où se trouve le célèbre temple Shakti Peetha dédiée à cette même déesse.

Le temple de Badrinath et le temple-tour

Au pied du fort, un autre temple du 15e siècle dédié à Badrinath est érigé ; des festivités ont lieu tous les trois ans dans ce temple en l’honneur de la divinité. Lors de cette fête, l’idole du temple est amenée en procession jusqu’à Gangotri, où le Gange prend sa source.


Vallée de Baspa – Chitkul


Le village pittoresque de Chitkul

A 25 km de Sangla, on atteint via des routes tortueuses, le pittoresque hameau de Chitkul ; une des étapes du pèlerinage du mont Kinner Kailash. C’est le dernier village avant la frontière indo-tibétaine. La route s’arrête là.

Chitkul est paré de ces maisons en bois si typiques du Kinnaur et entouré de magnifiques pics enneigés où la rivière Baspa qui coule dans le village prend sa source.

Le temple dédié à Mathi

Au milieu du village, se tient fièrement un temple en pierre et en bois qu’on dit être vieux de plus de 500 ans. Il est dédié à la déité locale, la déesse Mathi.

Les citadins de Delhi et du Penjab apprécient particulièrement ce lieu dépaysant et les hôtels poussent maintenant comme des champignons, défigurant malheureusement ce lieu authentique.

Les paysages saisissants autour du village

Trek ‘Kinner Kailash Parikrama’


Le mont Kinner Kailash (au milieu), Kalpa

Les vallées du Kinnaur, Spiti et lahaul sont réputées pour leurs treks aux paysages époustouflants. L’un deux est relié au mont Kinner Kailash, une des résidences mythiques du dieu hindou Shiva. Ce trek a donc une signification spirituelle bien particulière ; le trek est une ‘Parikrama’ (circumambulation) autour du mont Kinner Kailash qui commence au village de Thangi puis passe par les hameaux de Charang, Chitkul, Tabo, Losar et se termine à Manali. Le trek demande une très bonne condition physique. Pour les étrangers, un “inner line permit” est requis (voir ci-dessus).

+ D’INFOS SUR LE TREK KINNAUR PARIKRAMA


 Reckong Peo | Kalpa | Roghi


Reckong Peo est une ville affairée et commerçante, centre administratif du Kinnaur. Les visiteurs étrangers ne s’y rendent en général que pour faire quelques emplettes et y obtenir leur “inner-line permit”.

Reckong Peo

Pour retrouver la sérénité des montagnes, on doit poursuivre notre route jusqu’à Kalpa, à 7 km de Reckong Peo.

Le village de Kalpa et le Kinner Kailash juste derrière

Le charmant hameau de Kalpa offre un panorama à couper le souffle sur les massifs montagneux dominés par le fameux mont Kinner Kailash, culminant à 6 050 m. Parce qu’il a une forme de lingam, la légende veut que ce soit l’une des résidences du dieu hindou Shiva.

Maison traditionnelle kinnaurie et le village de Kalpa en arrière plan

Le village est entouré de champs de pommiers, l’une des cultures majeures de la région, ainsi que de cèdres et de pins qui donnent les fameux ‘chilghozas’ (pignes de pins).

Entrée du temple de Narayan Nagini

Hormis la beauté saisissante des chaînes montagneuses environnantes, Kalpa comprend un magnifique ensemble de temples en bois sculptés (Narayan Nagini) ainsi qu’une tour-fort au sommet de la ville reconstruite en 1959 après un incendie.

Monastère bouddhiste Hu-Bu-Lan-Kar de Kalpa

Preuve encore de l’influence du Tibet, Kalpa abrite aussi un monastère bouddhiste (Hu-Bu-Lan-Kar gompa) attribué à l’érudit Rinchen Zangpo (10e -11e siècles ap. J.-C.) qui traduisit les textes sanscrits dans la langue tibétaine.

Plusieurs villages aux alentours valent le coup d’œil, toujours pour leur côté très “kinnauri” ; Roghi est un de ceux-là, à 8 km de Kalpa. Des routes vertigineuses nous y mènent avec les massifs himalayens en toile de fond.

Point de vue sur la route de Roghi

Le petit hameau de Roghi d’une centaine d’âmes offre à la vue du visiteur quelques jolies maisons en bois et un beau temple sculpté dédié à Narayana.

Architecture traditionnelle du village de Roghi

Kanam | Labrang


La visite du Kinnaur ne s’arrête pas à Rogui, loin de là. En continuant vers le nord-est, il reste encore quelques petits villages typiques à découvrir, encore bien moins connus que ceux que nous venons de visiter.

Parce que cette zone est frontalière du Tibet (Chine), elle requiert une autorisation spéciale (inner permit) que l’on obtient à Reckong Peo (voir plus haut).

Le village de Kanam

Le premier village d’intérêt que l’on croise est celui de Kanam à 50 km de Kalpa. Ce petit hameau, qui ne paie pas de mine, abrite pourtant sept monastères bouddhistes qui remonteraient à l’époque de Lotsawa Rinchen Sang-po. A ce titre Kanam est aussi connue comme “la Terre de Dieu”.

Le Gompa Lagang
Les splendides statues du Gompa de Lavbrang

Parmi les gompas les plus remarquables de Kanam, on retiendra celui de Kha Che Lagang niché dans le village lui-même où vous pourrez assister aux prières des moines, celui de Lavbrang aux magnifiques statues et celui de Surpu surplombant le village que l’on atteint par un trek d’une trentaine de minutes.

Le gompa Surpu

En continuant notre randonnée quelques kilomètres après le monastère de Surpu, en admirant au passage la vue inoubliable sur les monts enneigés de l’Himalaya, on arrive dans le village de Labrang, fameux pour son fort comprenant une tour qui est l’une des plus hautes du Kinnaur.

Le village de Labrang
Le fort de Labrang

Nako


Le Gompa de Nako | Photo : Sumita Roy Dutta

Après cet arrêt enrichissant, nous continuons vers Nako, le dernier village du Kinnaur, connu pour son monastère du 11e siècle et son lac émeraude s’épanouissant au pied du mont Reo Purgyal.

Sur les rives du lac, entourées de saules et de peupliers, se trouve un petit sanctuaire construit autour d’un rocher qui aurait les empreintes de pas de Padmasambhava (Guru Rinpoché), un maître bouddhiste du 8e siècle du nord de l’Inde.

Le lac de Nako | Photo : Munish Chandel

Fin du voyage… Vous l’aurez compris, le Kinnaur n’est à manquer pour rien au monde lors de votre voyage dans l’Himachal Pradesh ! Au plaisir de vous y rencontrer !

Sources : Official website  / himachaltouristguide.com et les chaleureux habitants du Kinnaur !

J'ORGANISE VOTRE VOYAGE AU KINNAUR !

4 Comments on “Le Kinnaur, le trésor caché de l’Himachal Pradesh”

  1. bonjour, quelle période recommandez-vous pour la visite de cette partie de l’Inde et par ailleurs quelle altitude ces villages ? Merci pour vos réponses.

    • Bonjour Maryse, Merci de votre message,

      La meilleure période pour visiter le Kinnaur est de juin à septembre. La mousson ne touchant pas ou très cette région de l’Himalaya contrairement à la plupart des régions de l’Inde pendant cette même période.

      On passe de 2200 m (à Shimla, première étape) jusqu’à 3660 m (à Nako, le dernier village du Kinnaur).

      N’hésitez pas à me demander plus amples informations,

      Bien cordialement,

      Mathini

  2. Merci pour ce merveilleux blog. Il va m’aider dans le choix et la manière d’envisager un voyage en Inde que je désire .

    • Merci beaucoup Freddy 🙂 Quelle destination avez-vous choisi finalement ? Le Kinnaur est une valeur sûre ! 🙂

Laissez un commentaire :)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !