Tirupati, la demeure sur terre du dieu Vishnou

Tirupati, dans l’Andra Pradesh, est visité par près de 40 millions de pèlerins par an ce qui en fait un des plus hauts lieux de pèlerinage en Inde. Cette cité est célèbre pour son temple Venkateswara Swami dédié à la divinité hindoue Vishnou, communément appelée Balaji. Selon la légende, Tirupati serait la ‘Bhuloka Vaikuntam’, c’est-à-dire la demeure du seigneur Vishnou sur terre.

La colline de Tirupati avec ses sept sommets représentant les Sapta Rishis

Le temple Venkateswara Swami est érigé au sommet de la colline Venkatadri surplombant la ville de Tirumala à 850 m d’altitude. La colline comprend sept sommets représentant les Sapta Rishis (les sept grands sages hindous) : Seshadri, Neeladri, Garudadri, Anjanadri, Venkatadri, Vrushabhadri et Narayanadri.


Le temple Venkateswara de Tirupati


Réplique de Venkateswara, la déité du temple

Le temple est dédié à Venkateswara, une forme de dieu hindou Vishnou, qui serait apparue sur terre pour sauver l’humanité des troubles de l’ère du Kali Yuga (notre ère actuelle) et la guider vers la paix intérieure ; la murti (idole) est par conséquent aussi appelée ‘Kaliyuga Prathyaksha Daivam‘, littéralement, ‘celui qui s’est manifesté pendant le Kali Yuga’.

Dans le saint des saints, l’idole, de couleur noire, se tient debout avec quatre mains, une en mudra varada (don), une placée sur sa cuisse et deux autres tenant le Shankha (conque) et le Sudarshana Chakra, une arme en forme de disque. La divinité est aussi parée de précieux ornements et porte sur sa poitrine droite une statue de la déesse Lakshmi (déesse de la prospérité) et sur celle de gauche, la statue de la déesse Padmavathi, la réincarnation de la déesse Lakshmi sur terre (voir l’histoire ci-dessous).

Balaji avec la statue de Lakshmi sur sa poitrine droite et de Padmavathi sur sa gauche

La mythologie hindoue raconte que dans les temps anciens, Les Rishis (les sept saints) dirigés par Kasyapa commencèrent à effectuer une offrande sur les rives du Gange. Le sage Narada leur rendit visite à ce moment-là et leur demanda la raison de ce rituel. Ne trouvant pas réponse à sa question, les Rishis se rapprochèrent du sage Brighu qui partit poser la question à la Trimurti hindoue (Shiva, Brahma et Vishnou).

N’étant pas satisfait de l’hospitalité donnée par Brahma et Shiva, le sage s’en alla à Vaikunta, la demeure du seigneur Vishnou, mais ne fut pas mieux reçu par ce dernier. Pour attirer l’attention de Vishnou, le sage lui donna un coup de pied dans la poitrine.

Il s’avère que Lakshmi, l’épouse de Vishnou, réside dans la poitrine de son époux ; elle se sentit donc insultée et quitta Vaikunta pour la terre. Vishnou descendit sur terre à la recherche de Lakshmi qui, entre temps, s’était réincarnée en tant que Padmavathi dans une famille royale. Vishnou l’épousa sur les collines de Tirupati et en fit sa demeure sur terre.

Pour avoir le Darshan de la déité, il faudra vous armer de patience, vous devrez peut-être attendre plusieurs heures en file indienne dans les couloirs du temple. La meilleure option est de réserver en ligne une entrée ‘Seeghra Darshanam’ à 300 roupies, vous n’attendrez que quelques heures contre parfois une journée entière. Les étrangers ne sont admis qu’après s’être enregistrés auprès des instances du temple qui vont demanderont quel intérêt vous avez à visiter le sanctuaire.

Le temple de Tirupati de style dravidien avec une coupole en or au-dessus du sanctuaire

L’architecture du temple est assez modeste comparée aux autres sanctuaires hindous du sud de l’Inde, elle suit le style de l’architecture dravidienne avec plusieurs gopurams blancs (tours) sculptés de divinités et une coupole en or (Ananda Nilayam Vimanam) recouvrant le saint des saints. 

La construction du temple Tirupati Balaji aurait commencé en 300 de notre ère avec des ajouts ultérieurs effectués par diverses dynasties royales, la plus importante était celle des Vijayanagara (Hampi) qui aurait versé de l’or et des diamants dans les ‘caisses’ du temple. La dorure du toit intérieur du temple a été effectuée durant le règne de l’empereur Krishnadevaraya au 16e siècle.

Le grande esplanade et temple de Balaji au fond

Un des temples les plus riches de l’Inde


De la pâte de santal est appliquée sur le crâne des fidèles après la tonte des cheveux | photo : BBC

Tirupati est le deuxième temple le plus riche de l’Inde (si ce n’est pas du monde) après celui de Sri Padmanabhanswamy à Trivandrum, Kerala. Ici, les pèlerins font des dons conséquents en espèces et en or, mais ils font également don de leurs cheveux pour attirer la chance sur eux et leur famille.

Pour les fidèles hindous, c’est un véritable acte de dévotion, de foi et de sacrifice, particulièrement pour les femmes indiennes qui sont connues pour leur belle chevelure longue et épaisse qu’elles ne coupent que très rarement. Cependant, pour le temple de Tirupati, c’est un business juteux ; c’est le temple qui collecte le plus de cheveux au monde, on estime que cela lui rapporterait en moyenne 3 millions d’euros par an. Les cheveux sont ensuite traités et vendus pour fabriquer des perruques qui s’exportent dans le monde entier.

Les fidèles brisant des noix de coco devant le temple de Tirupati symbolisant la désintégration de l’ego

Les laddous de Tirupati (Sri Vari)


Fabrication des laddous dans les cuisine du temple | Crédit photo : Jaya Sekhar

Les fidèles hindous repartent rarement de Tirupati sans avoir acheté des Laddous ‘Sri Vari’ offerts en tant que Naivedhyam (offrande à dieu). Ces laddous spéciaux sont ensuite donnés, ou plutôt vendus, aux fidèles en tant que prasadam (nourriture bénite). Le laddou ‘Sri Vari’ est préparé dans les cuisines (potu) du temple de Tirupati.

Les principaux ingrédients de cette sucrerie ronde comprennent de la farine de pois chiche, des noix de cajou, de la cardamome, du ghee (beurre clarifié), du sucre, du sucre candi et des raisins secs. Le laddou ‘Sri Vari’ de Tirupati est une indication géographique protégée et seul le Trust qui gère le temple peut les fabriquer et les vendre. On estime qu’environ 150 000 laddous Sri Vari sortent quotidiennement des cuisines sacrées du temple.


Temple Sri Bedi Anjaneya


La statue de Sri Bedi Anjaneya swami

Juste en face du temple de Balaji, se trouve celui de Sri Bedi Anjaneya Swami qui reçoit aussi la visite d’un grand nombre de fidèles. Il est d’usage de le visiter après celui de Balaji et de Bhu Varaha swamy situé autour du temple principal.

L’idole du temple Sri Bedi Anjaneya est le dieu singe Hanuman (Anjaneya). Cette statue de 6 mètres a les mains jointes en mudra Anjali (namasté). Les fidèles se réunissent aux pieds d’Hanuman pour faire des offrandes et des voeux.

La légende raconte qu’un jour, pendant son séjour sur les collines de Tirumala, le fils d’Anjana Devi, le jeune Hanuman (Bala Hanuman) voulut quitter les collines à la recherche d’un chameau. Pour empêcher son fils bien-aimé de partir, sa mère Anjana Devi lui attacha les deux mains (Bedi), et lui ordonna de rester là jusqu’à son retour. Plus tard, Anjana Devi quitta les collines de Tirumala et déménagea dans l’Himalaya près de l’Akash Ganga laissant Hanuman tout seul dans les collines.

Le seigneur Sri Venkateswara voyant son disciple dévoué debout tout seul devant son temple, demanda aux prêtres de le nourrir jusqu’à ce que sa mère revienne. C’est pour cela que la naivedyam (nourriture bénite) offerte quotidiennement à Sri Venkateswara et à Varaha swami, est aussi amenée au temple d’Hanuman.

Pour une raison inconnue, la mère du dieu-singe ne revint jamais à Tirumala. Hanuman, qui est le symbole de la dévotion, resta dans les collines conformément aux ordres de sa mère et, apparemment, il y est encore…

Les fidèles hindous font des offrandes sur un réplique d’Hanuman aux pieds de la grande statue

2 Comments on “Tirupati, la demeure sur terre du dieu Vishnou”

  1. Bonjour,
    je suis non-hindou et j’ai pu accéder au sanctuaire en 2015.
    J’étais émue aux larmes: cette longue file d’attente pour ne rester qu’une petite seconde devant la statue dans une chaleur étouffante.

    • Bonjour Charlotte, quelle chance ! Je n’ai pas pu y accéder en 2013 même en faisant l’interminable file d’attente…bien cordialement, Mathini

Laissez un commentaire :)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !