Huit temples inédits à Kutch, Gujarat

Hormis son « Rann », le grand désert de sel, Kutch, un district au nord-ouest du Gujarat, possède bien d’autres petits trésors qui valent, rien qu’à eux seuls, une visite dans la région. J’ai retenu pour cet article huit temples historiques, peu connus des voyageurs, qui témoignent, encore une fois, de la richesse et de la diversité culturelle de ce coin de l’Inde.


Temple de Kera


Kutch
Le sanctuaire du temple de Kera

Situé à 20 km au sud de Kutch, en direction de Mundra, le petit village de Kera est réputé pour son temple Lakheshwara dédié à Shiva. Peu de voyageurs s’y arrêtent, le taxi qui m’y emmenait n’en avait même pas connaissance.

Kutch
Les vestiges du temple

Bien que sévèrement endommagé par les tremblements de terre de 1819 et 2001, cet ancien sanctuaire du 10e siècle construit sous le règne de Lakho Phulani* garde encore quelques éléments architecturaux intéressants.

*Lakho Phulani fut, au 10e siècle, le souverain du Sindh (situé maintenant au Pakistan), du district de Kutch et la péninsule de Saurashtra. Il fera de Kera sa capitale en y construisant un fort et ce temple.

Le Nandi (le taureau divin de Shiva) en grès (à droite) nous en dit long sur l’ancienneté du temple

Le temple est posé sur une plateforme, on y accède par une volée de marches. Il ne reste de Lakheshwara que le Garbhagriha (le sanctuaire) qui abrite un Shiva-lingam et une partie de la Shikhara (la flèche). On peut observer que cette dernière est finement exécutée avec des formations sculpturales se répétant les unes au-dessus des autres de façon pyramidale.

Kutch
La flèche du temple et les murs extérieurs du sanctuaire

Les murs extérieurs du sanctuaire exhibent de nombreuses sculptures de femmes, probablement des Apsaras, les nymphes célestes ainsi que les demi-dieux Yakshas, esprits de la nature.

Les détails architecturaux du temple, même très abimés nous permettent de voir avec quel raffinement le temple a été construit.

Narayan Sarovar & Koteshwar


Situés à l’extrême Ouest de Kutch, Narayan Sarovar et Koteshwar sont deux hauts lieux de pèlerinage hindous qui ne figurent pourtant que très rarement sur les itinéraires touristiques.

Un des temples attenant au lac

Narayan Sarovar revêt une importance particulière, car c’est un des 5 lacs sacrés de l’hindouisme, avec Mansarovar au Tibet, Pampa Sarovar près de Hampi (Karnataka), Bindu Sarovar à Bhuvaneshwar (Odisha) et le lac de Pushkar au Rajasthan ; l’endroit est donc considéré comme de bon augure pour les « Snan », les ablutions et bain rituels.

Kutch
Le lac de Narayan Sarovar, l’un des 5 lacs sacrés de l’hindouisme

L’origine du Narayan Sarovar remonte aux Puranas. On dit que la région était en proie à une sécheresse et que le dieu Vishnou apparut en réponse aux prières ardentes des sages. Quand il toucha la terre de son orteil, un lac fut immédiatement créé, soulageant ainsi les habitants de leur misère.

Autour de ce lac, plusieurs temples ont été construits par l’épouse du Maharao Desalji : Trikamraiji, Laxminarayan, Govardhannath, Dwarkanath, Adinarayan, Ranchodrai et Laxmi.

Kutch
Le temple de Koteshwar Mahadev | Photo : Gujarat Tourism

À une courte distance du lac (2 km environ), surplombant une mer houleuse, se trouve le temple Koteshwar Mahadev dit « temple aux dix millions de dieux », dédié à Shiva.

L’entrée du temple de Koteshwar Mahadev | Photo : Gujarat Tourism

L’histoire de Koteshwar est liée au Ramayana, la grande épopée indienne. On dit que Ravana, le roi-démon du Sri Lanka, avait reçu des mains du dieu Shiva un lingam suite à d’intenses ascèses. Ce lingam avait le pouvoir de rendre immortel, aussi Shiva demanda à Ravana d’en prendre grand soin. Cependant, Ravana dans sa hâte, laissa accidentellement tomber le lingam sur terre, à Koteshwar précisément.

Cette négligence outra tellement le seigneur Shiva que, pour le punir, il dupliqua le lingam en million d’autres identiques, d’où le surnom du temple. Incapable de distinguer le lingam original, Ravana attrapa un lingam au hasard et partit pour Lanka laissant le vrai lingam à Koteshwar, autour duquel a été construit le temple actuel.

Kutch
Le lingam du sanctuaire | Photo : Gujarat Tourism

Mata No Madh


Mata No Madh est aussi un lieu spirituel de grande importance, car on dit que c’est le temple originel de la déesse Ashapura, avatar d’Annapourna Devi. Elle est vénérée en tant que Kuldevi (sainte patronne) de la famille royale Jadeja de Kutch et c’est aussi la principale divinité gardienne de la région.

Si les traces écrites de la construction du temple remontent au 14e siècle EC, on pense que le culte de la déesse Ashapura dans ce sanctuaire trouve son origine dans l’Inde antique ; les Puranas ainsi que le Rudrayamal Tantra y font référence à plusieurs reprises.

Kutch
le temple de Mata No Madh

Il y a diverses légendes liées à cette divinité. La version la plus connue raconte qu’il y a environ 1500 ans, un marchand Marwari du Rajasthan visitait Kutch pendant la période de « Navaratri » (les neufs nuits consacrées à la Mère Divine) pour y vendre ses marchandises.

Alors qu’il dormait, il vit la déesse Ashapura dans un rêve qui lui demandait de construire un temple à l’endroit où il s’était arrêté. Cependant, la déité avait donné une injonction spécifique qui était qu’après la construction du temple, ses portes devaient rester fermées pendant six mois, date à laquelle la Shakti s’y établirait.

Mais, quelques semaines avant l’expiration des six mois, Devchand, le marchand, entendit de la musique céleste dans le temple. Il résista un certain temps, mais piqué par la curiosité, il finit par ouvrir les portes du sanctuaire avant l’installation complète de la déesse. C’est pour cela qu’on trouve la divinité actuelle assise sur ses genoux, n’ayant pas eu le temps de se relever.

Kutch
La déesse Mata No Madh avec ses 7 paires d’yeux | Photo : Jkakir.com

La statue d’Ashapura Mata dans ce temple est d’aspect plutôt intrigant avec sept paires d’yeux, une des caractéristiques de la déesse.

Temple tantrique oblige, il était autrefois de coutume pour les Maharao (rois) de Kutch de sacrifier sept buffles mâles. Cette pratique s’est arrêtée en 1948. Par contre, de l’alcool lui est toujours offert, un rituel commun à plusieurs temples dédiés à la Shakti dans le nord de l’Inde.

Le Mahant du temple Mata No Madh | matanamadh.org

Le temple est dirigé par un « Mahant », un prêtre hindou, qui appartient à un ordre monastique du nom de Kapadi. Les Kapadi Sampradaya prétendent être les descendants de Lalu Jasraj, un ermite qui a servi de guide au dieu Rama pour traverser le rude désert du Thar.

Mata No Madh est à l’honneur pendant la période de Navaratri, celle de « Chaitra » (avril/mai) et de « Ashvin » (septembre/octobre). Le Mahant, en effet, jeûne pendant les neuf jours et effectue la cérémonie du feu (havan) le septième jour à minuit. Le lendemain, la puja principale est exécutée par le Maharao ou tout autre membre mâle de l’ancienne famille dirigeante de Kutch.

Kutch
La Maharani Preetidevi de Kutch exécutant la puja finale de Navaratri, un évènement historique au sein de la société patriarcale rajpoute

En 2021, fait historique, c’est la Maharani Preetidevi de Kutch qui a effectué la puja-patri, son époux le Maharao Pragmalji III étant décédé cette même année sans nommer d’héritier. C’est la première fois qu’une femme accède à la fonction de Pujari dans ce temple. Cette petite révolution au sein de la société hyper patriarcale Rajpoute a fait grand bruit si bien que l’affaire a été portée devant les tribunaux qui ont tranché en faveur de la Maharani en stipulant, je cite : « qu’il n’y a aucune raison pour laquelle ce rituel serait interdit aux femmes ». Une décision qui, je l’espère, fera « boule de neige ».


Temple de Dhoramnath & le monastère de Than Jagir (Dhinodhar Hills)


Les collines de Dhinodhar qui sont en réalité un ancien volcan éteint abritent deux lieux d’intérêt : le temple de Dhoramnath et le mystérieux monastère de Than lié aux yogis tantriques Kanphata…

>>> Lire l’article complet sur le Monastère de Than

Kutch
Les bâtiments du monastère de Than

Les temples des Jakhs Botera


Les Jakhs Botera sont des temples spécifiques à la région de Kutch qui sont dédiés au culte de soixante-douze guerriers, ou plus exactement, soixante et onze hommes et une femme, Sayari, qui est leur sœur.

Le temple principal des Jakh Botera sur la colline de Kakadbhit | Photo :Nizil Shah and Bhavya Shah

L’origine des Jakhs Botera est floue et les histoires, par conséquent, multiples. La tradition populaire décrit les Jakhs comme des guerriers étrangers qui combattirent le maléfique roi Punvaro. Les Jakhs auraient fait naufrage sur la côte de Kutch à l’endroit maintenant connu sous le nom de Jakhau. On raconte que ces guerriers étaient grands, de carnation claire et possédaient une culture avancée. On leur prête parfois des pouvoirs surhumains. Certains historiens les lient à la Perse, d’autres à l’empire Byzantin ou à l’Assyrie.

Kutch
Le temple principal des Jakhs Botera

Les Jakhs auraient été assassinés par Paddhara Gaḍha, la veuve du roi Punvaro pour se venger du meurtre de son époux ; ils furent par la suite commémorés comme des martyrs dans plusieurs temples de Kutch.

Ces guerriers sont généralement vénérés par la communauté Sanghar, qui sont soit des hindous Vaishnava, soit des musulmans sunnites. Cependant, ce culte Jakh a tendance à être revendiqué par les hindous, car ils pensent que les soixante-douze cavaliers sont en réalité des Yaksas, les demi-dieux qui apparaissent dans l’hindouisme, mais aussi dans le bouddhisme et le jaïnisme.

Un autre temple des Jakhs Botera à Kutch | Photo : yaxdevmandir

Le temple du soleil de Kotay


Kotay, à 1 h au nord de Bhuj, comprend les vestiges d’une ancienne ville et d’un temple du soleil datant peut-être de la première partie du 10e siècle EC. Connu aussi sous le nom de Ra Lakha, le sanctuaire même poli par le vent chaud du désert présente encore de beaux atouts.

Le temple du soleil de Kotay | Photo : ddayaramj
L’entrée du temple | Photo : ddayaramj

Le temple, construit en grès jaune et rouge, est posé sur une plateforme faisant face à l’ouest. À l’entrée, le Mukha Mandapa est absent, cependant le haut du linteau de la porte du Sabha mandapa est joliment orné des Navagrahas, les neuf planètes de la cosmologie hindoue supposées influencer les destinées humaines. 

Les fresques au-dessus du linteau symbolisant les neufs planètes de la cosmologie hindoue | Photo : ddayaramj

Les facades extérieures, très érodées, sont ornées de plusieurs personnages, asparas, déités et animaux mythologiques.

Photo : ddayaramj

La partie supérieure de la flèche du temple est manquante, mais les personnages sculptés sur des colonnes carrées autour du Garbhagriha et les détails des chapiteaux sont remarquables.

La flèche du temple | Photo @shinjinikotia @Bhuj Kutch

Temple de Ravechi


Le temple de la déesse Ravechi est situé dans le village de Rav Nani, à 3 h à l’Est de Bhuj, posé au bord d’un étang recouvert d’un tapis de lotus. Bien que sa dernière construction remonte à 1821, ce haut lieu de pèlerinage est déjà mentionné dans les écrits anciens et on dit que le temple originel aurait été érigé par les frères Pandavas de l’épopée du Mahabaratha.

Le temple de Ravechi

Ravechi est un autre nom de la déesse Ashapura. Ici, l’image de la déesse du temple est dite « Swayambhu » c’est-dire qu’elle s’est auto-incarnée. Elle est entourée de plusieurs autres divinités qui semblent être elles aussi imprimées dans la roche. Une lampe éternelle, Akhand Jyoti Dipika, brûle à leurs côtés.

Le sanctuaire principal avec la déesse Ravechi entourée d’autre déités

Ravechi est également connu pour son « Gaushala » où environ 2500 vaches résident, mais surtout pour sa grande foire du même nom qui a lieu en septembre de chaque année et qui réunit plusieurs communautés autochtones de Kutch en tenues traditionnelles comme les Ahirs, les Rabaris, les Charans, entres autres. Un festival haut en couleur qui fait le bonheur des photographes du monde entier.

Fillettes rabaries portant de larges ornements en perles pendant le festival de Ravechi | Photo : DeAgostini / Alamy Stock Photo

Temple de Vrajvani


Vrajvani Dham, situé à Rapar Taluka, est un temple très vénéré, tout particulièrement par la communauté Ahir. Ce sanctuaire est unique dans le sens où il abrite 140 statues grandeur nature de femmes Ahir s’inclinant devant le Seigneur Krishna.

Le temple de Vrajvani | www.divyabhaskar.co.in

La légende de Dholithar no Dhoro (la butte du batteur de Vrajvani) raconte qu’il y a quelques centaines d’années, lors de la célébration de Janmastami, un jeune homme a commencé à jouer du Dhol (percussion indienne) dans un village. Cent quarante femmes de la communauté Ahir, irrésistiblement attirées par le son du tambour, se mirent à danser en cercle autour du musicien, au rythme de la percussion. La performance continua sans interruption pendant des jours et des jours.

Une partie des 140 statues de femmes du temple

Les époux des danseuses ne comprenant pas cette folie soudaine tentèrent de stopper le joueur de Dol, en vain. Ils finirent par le décapiter. Horrifiées par un tel acte, les 140 femmes sacrifièrent leur vie sur un bûcher, car, pour elles, le musicien n’était autre que le seigneur Krishna réincarné et cette danse recréaient la Raas Leela de Krishna et des gopis.

[ Vidéo : chanson racontant la légende de Vrajvani, vous remarquerez au passage les somptueux vêtements traditionnels entièrement brodés à la main par les femmes Ahir… Et que dire des bijoux ! ]


Laissez un commentaire :)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !