Tiruvannamalai & Arunachala, la colline de Shiva

La ville de Tiruvannamalai, située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Puducherry, est une des grandes étapes mystiques du Tamil Nadu. Cette cité, qui tire son nom du temple “Annamalaiyar”, est entièrement dévouée au culte du dieu Shiva tout autant que la colline d’Arunachala qui la surplombe ; les nombreux ashrams et ermitages qui y ont élu domicile sont les meilleurs témoins de la ferveur spirituelle de ce lieu.


Légendes de la colline d’Arunachala


Tiruvannamalai
Shiva Nataraja dansant au centre de la colline d’Arunachala | Peinture du temple de Chidambaram

Une première légende raconte que la déesse hindoue Parvati, s’est, un jour, amusée à masquer les yeux de son époux, le dieu Shiva.

Ce geste ne représenta qu’une fraction de seconde au royaume des dieux, mais la terre, elle, fut plongée dans l’obscurité pendant de nombreuses années. Parvati dut faire de nombreuses austérités pour regagner la confiance de Shiva. Elle commença ses pénitences dans l’Himalaya et les termina dans le sud de l’Inde sur la colline d’Arunachala.

Tiruvannamalai
Ardhanarishvara : mi-shiva, mi-parvati

A Tiruvannamalai, Shiva apparut sous la forme d’une colonne de feu, et la lumière revint dans le monde. Shiva fusionna alors avec Parvati pour former Ardhanarishvara, un être mi-homme, mi-femme qui demeura au sein de la colline.

Une autre légende tirée des Saintes Écritures hindoues raconte que Brahma, le créateur, et Vishnou le préservateur se disputaient, chacun se réclamant comme le Suprême Seigneur.

Une terrible bataille s’en suivit, plongeant l’univers dans la confusion et apportant de grandes détresses aux êtres vivants.

Tiruvannamalai
Shiva apparaissant dans la colonne de lumière | Détail du temple de Thirukokarnam

Shiva, épris de compassion se manifesta en une fulgurante colonne de lumière et mit au défi Brahma et Vishnou de trouver le début et la fin de cette colonne.

Brahma prit la forme d’un signe et disparu dans le ciel en espérant voir le sommet de la colonne. Vishnu prit la forme d’un sanglier et creusa le sol pour découvrir la base de la colonne.

Tous deux n’y parvinrent pas car Shiva est infini. Ils reconnurent leur ignorance et louèrent Shiva qui réduisit la lumière aveuglante de la colonne en une montagne sacrée, Arunachala.


Kartikai Deepam


Tiruvannamalai
Le grand feu sur la colline d’Arunachala lors de Kartikai Deepam | Photo : arunachalagrace.blogspot.com

Chaque année, le dixième jour de la célébration de la fête religieuse “Kartikai Deepam”, un immense récipient est acheminé en haut de la colline sacrée d’Arunachala. Il est rempli de plus de 1 000 litres de ghee (beurre clarifié) et de camphre.

En soirée, lorsque la pleine lune se profile à l’horizon, le Mahadeepam (le grand feu) est allumé : on peut alors le voir jusqu’à une distance de plus de 30 km. 

Ce rituel rappelle l’apparition de Shiva sous la forme d’une colonne de lumière.

[ Kartikai Deepam 2018 ]




Et maintenant, visitons Tiruvannamalai !


Temple d’Annamalaiyar


Tiruvannamalai
Le temple vu de la colline d’Arunachala | Photo : Adarsh Pidugu

Le temple Annamalaiyar ou Arunachaleswarar, situé au pied de la colline d’Arunachala, est l’un des plus grands sanctuaires que compte l’Inde : il couvre dix hectares. La structure remonte à la dynastie Chola (9e siècle EC) ; des extensions ultérieures sont attribuées à la dynastie Vijayanagar Sangama (14e et 15e siècle) et à la dynastie Saluva et Tuluva (15e et 16e siècle).

Le temple, dédié à la divinité hindoue Shiva, est un important lieu de pèlerinage à plusieurs égards :

C’est tout d’abord un Pancha Bhoota Stalas“, c’est-à-dire qu’il est associé à l’un des cinq éléments de la nature.

Tiruvannamalai
Les déités principales du temple : L’agni lingam et Unnamulai Amman.

On dit que Shiva s’est manifesté en tant que colonne de feu à cet endroit, aussi, il est représenté par un lingam de feu ou “Agni Lingam” dans le temple Annamalaiyar

Annamalaiyar est aussi considéré comme un “athara sthalams“, il personnifie un des chakras tantriques, le Manipooraga qui symbolise l’ignorance spirituelle.

Au sein du complexe du temple, un autre sanctuaire accueille la parèdre de Shiva, Parvati, sous la forme d’Unnamulai Amman.


La colline d’Arunachala (Annamalai)


Tiruvannamalai
La colline d’Arunachala | Photo : Sakthiprasanna

Dominant la ville, Arunachala est une colline hautement sacrée pour les hindous. Elle est l’un des cinq principaux lieux saints shivaïtes (associé au culte de Shiva) d’Inde du Sud.

Arunachala est considérée par les hindous comme un Adi-Lingam (premier lingam), la forme primordiale de Shiva. Le simple fait de voir ou de penser à cette montagne suffirait à neutraliser tout mauvais karma. On dit aussi qu’Arunachala est le centre du monde et que le Seigneur Shiva y vivrait avec sa parèdre Parvati.

Une autre vue de la colline

Arunachala étant considérée comme le seigneur Shiva en personne, la circumambulation de la colline appelée “Giri Pradakshina” en sanscrit ou “Giri Valam” en tamoul est considérée comme hautement bénéfique spirituellement.

[ Giri Pradakshina le jour de la pleine lune ]




Ashram de Ramana Maharshi


Le troisième lieu le plus important à Tiruvannamalai est l’Ashram de Ramana Maharshi, situé au pied de la colline d’Arunachala, à l’ouest de Tiruvannamalai. Pour les fidèles, Ramana Maharshi et la colline d’Arunachala sont indissociables.

Ramana Maharshi se reposant dans la colline d’Arunachala | Photo : www.sriramanamaharshi.org

Ramana Maharshi (1879 – 1950) est considéré comme un saint homme par les hindous, mais aussi par de nombreux fidèles du monde entier qui continuent à se recueillir sur son samadhi (tombe).

Pour simplifier, son enseignement est centré sur la notion de “Soi” et la question “Qui suis-je ?” (Atma Vichara).

Ramana Maharshi entouré de fidèles devant la grotte du saint Virupaksha | Photo : www.sriramanamaharshi.org

Son histoire avec Arunachala débute après qu’il a eu une profonde expérience mystique lui révélant le but profond de la vie. Ramana Maharshi se rendra ensuite à Tiruvannamalai où il restera en état de méditation pendant plus de 2 ans. Il se retirera ensuite dans une grotte sacrée sur la colline Arunachala (que l’on peut encore visiter) puis fondera son Ashram au pied de celle-ci. Il y résidera jusqu’à sa mort en 1950.

Le samadhi de Ramana Maharshi

Si vous souhaitez faire une retraite spirituelle, vous pouvez séjourner à l’Ashram dans des chambres sommaires. Il faut, pour cela, prévenir la direction de l’Ashram bien à l’avance.

sriramanamaharshi.org


Ashram de Yogi Ramsuratkumar


Yogi Ramsuratkumar

Yogi Ramsuratkumar est une autre des grandes figures de Tiruvannamalai.

Né en 1918 sur les bords du Gange, il abandonne, dès son plus jeune âge, la vie de famille pour se vouer à la spiritualité.

Un incident l’amène à rechercher la cause de la vie et de la mort.  En 1947 et 1948, il se rend à l’Ashram de Sri Aurobindo, à Pondichéry, et à celui de Ramana Maharshi, cependant, c’est à l’Ashram de Papa Ramdas, à Kanhangad, qu’il est initié au mantra “Om Sri Ram Jai Ram Jai Jai Ram”.

Alors qu’il répétait ce mantra, on dit qu’il fusionna avec le “Brahman”, l’existence primordiale.

L’ashram de Yogi Ramsuratkumar

Il initia ensuite de nombreux disciples à la pratique de la récitation constante du nom divin de Rama.

En 1959, il se rend à Tiruvannamalai comme “mendiant de Dieu” et, en 1993, un Ashram est créé. Il atteindra le samadhi (mort et état d’unification avec Dieu) en 2001.

Vous pouvez assister au programme quotidien (pujas et prières) de l’ashram qui débute à 5 heure du matin.

L’ashram possède peu d’hébergements, ceux-ci étant généralement réservés aux fidèles.

yogiramsuratkumarashram.org


Laissez un commentaire :)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOYAGEZ AVEC MOI !